• Comportement du chien et
    du chat
  • Celui qui connait vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme
    • Konrad Lorenz
  • Biologie, neurosciences et
    sciences en général
  •  Le but des sciences n'est pas d'ouvrir une porte à la sagesse infinie,
    mais de poser une limite à l'erreur infinie
    • La vie de Galilée de Bertold Brecht

Communication olfactive au sens large chez le chien
Identification passive

Sommaire
définition

Chez le chien, les odeurs et les phéromones peuvent être émises de manière passive par diverses glandes pour lui donner une odeur globale.

En effet, les phéromones d'identification peuvent être émises de façon passive, ce qui est l'objet de ce chapitre.

Les phéromones d'identification peuvent être émises de façon active comme dans :

La dichotomie entre les phéromones émises de manière passive versus active est purement artificielle pour obtenir une classification plus pratique.

La sécrétion des glandes anales peut être émise de façon passive lors de la défécation et de façon active lors d'un stress par exemple.

étonné

Auparavant, précisons un point important de la communication olfactive : Il n'est pas facile d'associer la sécrétion de telle ou telle glande à telle réponse comportementale d'un congénère.

Chien se roulant dans la boue
Chien se roulant dans la boue
(Photos : Monday Morning Photography

Chez les femelles, les mouvements de la queue mélangent les sécrétions des glandes anales, les phéromones urinaires et celles des sécrétions vaginales pour produire un " parfum " complexe excitant les mâles.

Odeur générale de l'animal

1. Chez chien, le pelage est imprégné de nombreuses substances odoriférantes sécrétées par les différentes parties du corps.

La diffusion de ces phéromones est alors passive.

Chez le chat, le comportement de toilette et la salive imprègne le pelage de phéromones salivaires de manière active, ce qui n'a pas l'air d'être le cas chez le chien.

2. Cette odeur permet la reconnaissance individuelle et le statut hiérarchique (louperôles dans l'organisation sociale).

Chien lit
Chien sur un lit
(Photos : Jenn)

a. Le fait de se rouler dans des substrats odorants, i.e. fumier, poissons morts, … pourrait renforcer une signature personnelle.

b. Un chien peut s'imprègner de l'odeur du dominant.

  • C'est par exemple le cas du chien dormant sur le lit de son maître.
  • Il renforce son statut hiérarchique par rapport à un autre chien de la maison, même si cette postion est aussi une prérogative de dominant (chiencontrôle de l'espace)

3. Toutefois, certaines glandes participent plus que d'autres à la communication chimique.

Sécrétions des glandes anales

bien

Les glandes anales sont étudiées dans un chapitre spécial.

Chiens se flairant l'anus
Chiens se flairant l'anus
(Figure : randysonofrobert)

1. Lors de la prise de contact dans les rencontres entre chiens, le flairage commence en général par la tête, puis s'adresse plus particulièrement à la région ano-génitale.

Flairage ano-génital lors de rencontre
(Vidéo : Wag Enabled)

2. Les phéromones et les odeurs contenues dans la sécrétion des " glandes anales " au sens large constituent un moyen de reconnaissance :

a. des individus, appartenance à un groupe (louperôles dans l'organisation sociale) ;

Un chien peut se faire agresser par un autre chien parce qu'il a contracté une inflammation des glandes anales ou parce qu'il a subi l'ablation des glandes anales, lors d'infections récidivantes par exemple.

b. de leur état physiologique, i.e. âge, sexe, maturité et réceptivité sexuelle ;

  • La sécrétion des glandes anales d'une chienne pubère est séreuse, brunâtre et dépourvue de taches noires.
  • Les glandes anales du chien
    (Vidéo : Rachel Webster)
    Si on enduit de cette sécrétion le pelage d'une chienne en repos sexuel, les mâles adultes essaieront de la chevaucher et de copuler avec elle.

c. de leur statut social, position hiérarchique ;

Une modification phéromonale des glandes anales est concomitante avec un changement de statut hiérarchique.

d. de leur état émotionnel, i.e. lors de peur intense, les sécrétions des glandes anales sont expulsées activement à près d'un mètre.

  • Des gants ayant servi à recueillir cette sécrétion sont évités par les autres chiens.
  • Si cette sécrétion est placée sur le dos d'un chien, ce dernier est également évité par ses congénères.
  • Leur rôle serait analogue à celui des phéromones d'alarme chez le chat.
Chien flairant oreille
Chien flairant oreille
(Photo : IstockPhoto)

Remarque : les sécrétions des glandes supracaudales pourraient aussi jouer un rôle.

Sécrétions du pavillon auriculaire

bien

Les glandes auriculaires sont étudiées dans un chapitre spécial.

Les sécrétions de cette région pourraient être dépendantes de la position hiérarchique chez le chien.

Le dominant produirait une phéromone analogue à l'apaisine au niveau auriculaire qui aurait un rôle dans le comportement social et hiérarchique.

  • Elle serait responsable de l'attachement du jeune chien au groupe social (meute), à l'issue du détachement maternel.
  • Les chiens se reniflent les oreilles et lèchent souvent les oreilles de leur maître.

Sécrétions des glandes podales

bien

Les glandes podales sont étudiées dans un chapitre spécial.

1. Les sécrétions des glandes podales, localisées à la surface des coussinets, ont plusieurs rôles :

  • Patte et trace de chien
    Patte et trace de chien
    (Photos : uther pendragon & Jungleboy)
    diminution de la chaleur, i.e. thermolyse,
  • meilleure adhérence en augmentant l'humidité des coussinets,
  • comportements de marquage.

2. Leurs sécrétions sont répandues :

  • par frottement actif lors de de grattage du sol après qu'il est fait ses besoins,
  • par frottement passif lors du déplacement de l'animal.

Retour à la communication aus sens large du chien