Reproduction : érection
Vue d'ensemble

Citation

« La beauté déteste les idées. Elle se suffit à elle-même. Une oeuvre est belle comme quelqu'un est beau. Cette beauté dont je parle provoque une érection de l'âme. Une érection ne se discute pas. »

Jean Cocteau

Documentation web

Sommaire
  1. Reproduction
    1. Vue d'ensemble
    2. Reproduction chez le chien
    3. Reproduction chez le chat
  2. Anatomie du système génital
  3. Physiologie de la reproduction
    1. Mise en place pendant la période embryonnaire
    2. Puberté
    3. Gamétogenèse
      1. Cellules germinales et cellules somatiques
      2. Méiose
      3. Spermatogenèse
      4. Ovogenèse
        1. Phase de multiplication des ovogonies
        2. Phase d'accroissement ou de croissance
        3. Phase de maturation
    4. Fonction ovarienne
      1. Vue d'ensemble de l'activité cyclique
      2. Évolution de la fonction ovarienne au cours de la vie
      3. Développement folliculaire
        1. Vue d'ensemble du développement folliculaire
        2. Sortie de la réserve ovarienne
        3. Croissance basale des follicules
      4. Cycle ovarien ou développement folliculaire terminal
      5. Cycle des voies génitales
        1. Cycle menstruel
        2. Cycle vaginal et vulvaire
    5. Coït ou copulation
      1. Coït chez le chien
        1. Recherche du partenaire
        2. Comportement précopulatoire
        3. Saillie
        4. Comportement postcopulatoire
        5. Facteurs influençant la reproduction chez le chien
          1. Chiens féraux
          2. Chiens de compagnie
            1. Facteurs physiques
            2. Facteurs psychologiques
      2. Coït chez le chat
      3. Érection
        1. Anatomie pénienne
        2. Mécanisme de l'érection
          1. Mécanisme général
          2. Particularités spécifiques
        3. Déclenchements de l'érection
          1. Érection psychogène
          2. Érection réflexe
          3. Érection du sommeil paradoxal
        4. Physiologie de l'érection
          1. Système orthosympathique et parasympathique
            1. Centre médullaire dorso-lombaire orthosympathique
            2. Centre médullaire sacré parasympathique
          2. Sytème nerveux somatique
          3. Mécanisme moléculaire
          4. Voies cérébrales et neurotransmetteurs
            1. Ocytocine et dopamine
            2. Sérotonine
      4. Éjaculation
        1. Sperme
          1. Production
          2. Composition
        2. Physiologie de l'éjaculation
          1. Emission du sperme
          2. Expulsion du sperme
    6. Fécondation
  4. Gestation
    1. Vue d'ensemble
    2. Préimplantation
    3. Nidation
    4. Embryogenèse
      1. Annexes foetales
      2. Placenta
      3. Développement embryonnaire
    5. Gestation chez la chienne
    6. Gestation chez le chat
    7. Alimentation de la mère pendant la gestation
  5. Parturition (mise bas)
    1. Vue d'ensemble
    2. Physiologie de la parturition
    3. Parturition chez la chienne
    4. Parturition chez la chatte
  6. Lactation 

Bibliographie


L’érection définit l'action par laquelle certains tissus ou organes augmentent de volume, se dressent et deviennent durs par l'afflux de sang dans leurs vaisseaux.

Chez les mammifères, l'organe copulatoire mâle, le pénis, doit rentrer en érection pour s'introduire dans le vagin de la femelle (copulation).

D'autres organes entrent en érection comme le clitoris chez la femelle, ou les mamelons.

Anatomie du pénis

Le pénis est formé, entre autres, de corps érectiles :

Chez l'homme et les carnivores, les corps caverneux sont accolés et leur albuginée forment le septum du pénis, fenêtré chez l'homme (permettant la communication entre les deux structures), complet chez les carnivores.

Scène du puits (grotte de Lascaux, 17000 ans avant J.C.)
Scène du puits (grotte de Lascaux, 17000 ans avant J.C.)

Toutes ses structures contiennent des trabécules, sortes de cloisons incomplètes formées par l'albuginée.

Les trabécules sont riches en fibres de collagène, en fibres élastiques et en fibres musculaires lisses, dans lesquelles se loge un réseau de capillaires extrêmement dilatés, formant les aréoles ou cavernes, grandes et extensibles.

Ces structures sont reliées à des muscles striés :

Mécanisme général


L’érection est un phénomène neuro-vasculaire qui consiste en une relaxation des fibres musculaires lisses des corps érectiles, la vasodilatation des aréoles ou cavernes du pénis, parachevée par une occlusion veineuse.


Mécanisme général


Le mécanisme de l'érection est commandé par le système nerveux autonome et son mécanisme est essentiellement vasculaire.

1. La flaccidité du pénis est due aux contractions des fibres musculaires lisses des parois des artères hélicines.

Ce tonus musculaire garde plissées les fibres de collagène qui les obstruent en partie, et contribue à un faible apport sanguin aux capillaires sinusoïdes.

2. La myorelaxation de ces fibres musculaires lisses provoque un déplissement des fibres de collagène, grâce à l'annulation du tonus α-adrénergique, inhibiteur de l’érection.

3. Ce mécanisme vasculaire provoque l'allongement et la dilatation, mais pas une rigidité complète du pénis.


La musculature striée piège alors complètement le sang en l'empêchant de rejoindre la circulation générale.


La pression sanguine qui, dans la première phase, était passée d'un niveau faible à celui de la pression artérielle, augmente brutalement, par la compression de la racine pénienne.

Pendant cette phase, dit de plateau et de rigidité maximale du pénis, on observe également, chez l'homme, une augmentation importante de la fréquence cardiaque, de la tension artérielle et de la fréquence respiratoire.

En outre, les glandes urétrales (de Littré) lubrifient l'urètre pour préparer l'éjaculation.

4. La détumescence se caractérise par les phénomènes inverses.

La contraction des fibres musculaires lisses des corps caverneux et des parois artérielles par stimulation noradrénergique (souvent après éjaculation) provoque l'ouverture progressive du retour veineux qui diminue la pression intracaverneuse.

Particularités spécifiques

Tout dépend de l'anatomie pénienne.

  • Chez les espèces où le pénis contient surtout du tissu spongieux, le mécanisme vasculaire est suffisant pour provoquer la rigidité du pénis.
  • Chez les espèces au pénis fibro-élastique, à corps caverneux pauvre en tissu érectile, le volume de ce dernier reste pratiquement constant : le pénis ne fait que s'allonger en faisant disparaître son inflexion sigmoïde.


Chez le chien, les corps caverneux sont de type fibro-élastique et ne participent pas à l'érection.


Le mâle pénètre le vagin de la femelle grâce à son os pénien.

Stimuli déclenchant l'érection

ReproductionAnatomie du système génitalReproduction du chienReproduction du chat
Physiologie de la reproductionMise en place (période embryonnaire)Puberté
GamétogenèseCycles ovariensCoït ou copulationÉrectionÉjaculation
FécondationGestationDéveloppement des annexes
Développement de l'embryonParturition Lactation

Bibliographie
  • Johnson M. H., Everritt B. J. - Reproduction - De Boeck Université, Saint-Laurent, 298 p., 2002
  • Thibault Ch., Levasseur M.C. - La reproduction chez les mammifères et l'Homme - Ellipse Editions Marketing S.A., Paris, 928 p., 2001
  • Vaissaire J.-P. - Sexualité et reproduction des mammifères domestiques et de laboratoire - Maloine S.A. Editeur, Paris, 457 p., 1977 -
  • Fontbonne A., Levy X., Fontaine E., Gilson C. - Guide pratique de la reproduction canine et féline - MED'COM, Paris, 272 p., 2007
  • Atlas d'histologie humaine et animale
  • School of Anatomy and Human Biologie
  • Marieb E. N. - Anatomie et physiologie humaines - De Boeck Université, Saint-Laurent, 1054 p., 1993