Armes chez les animaux
Force musculaire, dents et mâchoires

Citation

« Quand on est en péril de mort toutes les armes sont bonnes pour se défendre. »

Paul Claudel

Sommaire


Les armes des animaux sont essentiellement des structures utilisées pour la capture des proies.

Force intrinsèque des animaux

Éléphant au crépuscule
Éléphant au crépuscule
(Photo : creativecommons.org/jonrawlinson)

La force musculaire intrinsèque des animaux en fait une arme redoutable.

Pour cela, je vous renvoie aux affrontements entre animaux (animal face-off).

Les animaux peuvent tuer leurs proies par constriction et étouffement comme le fait le python ou l'anaconda.

Dents

Les dents sont des formations dures présentes dans la cavité buccale d'un grand nombre d'espèces de vertébrés.

Les dents sont absentes chez les tortues et les oiseaux. Elles sont remplacées par des productions cornées formant un bec.

Evolution des dents

Dents du requin
Dents du requin
(Photo : creativecommons.org/jeff Kubina)

Chez les vertébrés inférieurs, les dents sont nombreuses : elle sont réparties dans toute la cavité buccale. Puis, on assiste à une réduction de leur nombre et à leur rattachement au squelette (arcade dentaire : mandibule et maxillaire).

Les dents devront alors être remplacées :

  • les vertébrés inférieurs les remplacent indéfiniment (100 fois chez les requins par exemple) ;
  • les vertébrés supérieurs les remplacent une fois seulement pendant la croissance : les dents de lait sont remplacées par les dents adultes dents du chien et dents du chat).

En même temps les dents se spécialisent.

  • Chez les vertébrés inférieurs possèdent, en général, des dents toutes semblables de forme simple (haplodontes). Elles ne servent qu'à la préhension de la nourriture et à la rétention de la proie dans la cavité buccale : la proie est avalée purement et simplement.

Les dents sont le plus souvent pointues et recourbées vers l'arrière.

Chez certains poissons, les dents sont soudées et forment un bec pour pouvoir brouter les coraux.

Dents du babouin
Dents du babouin
(Photo : creativecommons.org/Tansan)
  • Chez les vertébrés supérieurs, les dents se différencient (hétérodontes) et se spécialisent : c'est sur ce critère que s'effectue la classification des mammifères.
    • les incisives aplaties et tranchantes,
    • les canines (de taille imposante chez le chien d'où leur nom) ;

Ces dents servent à la préhension et à l'arrachement de morceaux de nourriture.

    • les prémolaires et les molaires (en forme de meules d'où leur nom).

Ces dents servent à la mastication dans un grand nombre d'espèces. Chez les félins, elles sont tranchantes et permettent de déchirer et d'avaler la nourriture sans mâcher (prémolaires du chat)

La croissance des dents est variable :

  • limitée chez la plupart des espèces,
  • prolongée chez les herbivores en général,
  • continue chez les rongeurs par exemple.

Fonctions des dents

Les dents ont comme fonction première la préhension et la mastication des aliments. Mais, ce sont également des armes redoutables dans un grand nombre d'espèces.

Serpent avalant une souris
Serpent avalant une souris
(Photo : creativecommons.org/huong-Ian)

Elles jouent un grand rôle dans les menaces et les combats aussi bien chez le chien (comportements agonistiques chez le chien) que chez le chat (comportements agonistiques chez le chat).

Le bec a le même rôle chez de nombreuses espèces d'oiseaux.


Les crochets venimeux des serpents sont des dents modifiées.


Mâchoires

Les mâchoires sont attachées solidement au crâne osseux : la mandibule (ou mâchoire inférieure) est actionnée par des muscles puissants qui se referment sur la proie.

Chez les serpents, la mâchoire inférieure peut se décrocher du crâne, ce qui permet d'avaler de très grosses proies.

Phanères modifiés : écailles, bec, griffes, cornes et piquants

Comportements agonistiques ArmesMenaceCombatsFuite
Comportements de défense

Bibliographie
  • Eibl-Eibesfeldt I. - Ethologie - Biologie du comportement - Naturalia et Biologica Editions scientifiques Paris, 576 p., 1972
  • Université d'Oxford - Dictionnaire du comportement animal - Robert Laffont, Paris, 1013 p., 1990
  • Immelmann K. - Dictionnaire de l'éthologie - Pierre Mardaga Editeur, Liège, 296 p., 1990
  • Boué H., Chanton R. - Zoologie - quatre volumes, Doin éditeurs, Paris, 1974