Apprentissage
Vue d'ensemble

Citation

« Qu'est ce que la capacité d'apprendre, sinon un aspect de l'éternité ? »

Mircea Eliade

Remerciements

Je voudrais remercier le Professeur J.M. Giffroy (Université de Namur, Belgique) pour m'avoir autorisé à insérer la majeure partie de ses cours dispensés à l'école nationale vétérinaire de Toulouse en 2000 pour l'obtention du diplôme de vétérinaire comportementaliste.

Sommaire

L'essentiel des connaissances sur l'apprentissage est un apport de la psychologie expérimentale.

Les éthologistes, eux, se sont intéressés plus particulièrement à certaines formes d'apprentissage, comme l'imprégnation, l'habituation et le jeu.

Ce n'est que depuis une quinzaine d'années que s'effectue la synthèse entre les deux approches.

Définitions

Donner une définition de l'apprentissage n'est pas chose aisée : chaque auteur propose sa propre définition.

  • L'apprentissage est un processus entraînant la modification parfois importante et persistante d'un comportement, suite à la pratique ou à l'expérience effectuée par l'individu (Godefroid).
  • L'apprentissage concerne toute modification de la probabilité d'apparition d'un comportement (augmentation ou diminution) en réponse à des stimuli spécifiques qui n'a pas été le résultat d'un processus de maturation ou de fatigue. (Eibl-Eibesfeldt)
  • L'apprentissage est une modification qui s'est produite dans le cerveau suite à une expérience, c'est-à-dire suite à l'acquisition d'une information provenant de l'extérieur du cerveau; cette modification a comme conséquence une modification du comportement (Fraser & Broom, 1990).
  • L'apprentissage est une modification, relativement stable d'un organisme qui rend possible une modification du comportement, qui est le résultat de l'expérience et qui ne peut être expliquée en termes de réflexe, d'instinct ou de maturation, ni attribuée à l'influence de la fatigue, d'une lésion, d'une maladie ou d'un médicament. C'est donc une modification du comportement due à l'expérience (Chance).


L'apprentissage résulte d'une expérience qui, en modifiant des éléments au sein de l'organisme, provoque une modification du comportement.


L'apprentissage est un des processus cognitifs qui permet à l'individu, à partir de son expérience passée, d'assimiler l'organisation de son environnement et les conséquences de ses propres actions et d'accomplir l'autorégulation de ses comportements en fonction de cette assimilation. Il se manifeste par des modifications généralement durables du comportement
.

Qu'est-ce qui découle de cette définition ?

1. Apprentissage : processus cognitif

L'apprentissage est un processus cognitif, c'est-à-dire un système de traitement d'information et d'assimilation.

C'est un système d'organisation dynamique des connaissances.

2. Apprentissage : structuration de l'environnement psychologique

L'apprentissage, avec d'autres processus cognitifs tels que la perception, l'attention et la mémoire, établit la structuration de l'environnement psychologique de l'animal à partir de son environnement concret (physique ou inorganique, social et interne).

Cet environnement psychologique ainsi structuré détermine et contrôle le comportement.

3. Apprentissage : adaptation individuelle des comportements

L'apprentissage permet l'adaptation individuelle des comportements aux particularités de l'environnement qui subit, à tout moment, des modifications de toutes natures.

Lors des variations des conditions de milieu, l'organisme réagit lui aussi par une série de modifications (physiologiques et comportementales) qui lui permettent de retrouver un état d'équilibre qui est définit par le terme d'homéostasie.

C'est Jean Piaget (1896-1980) qui étudia ce processus d'adaptation, primordial pour la survie de l'espèce, qui est réalisé par deux mécanismes (théorie de Piaget).

Assimilation


L'assimilation désigne l’intégration ou l’incorporation par un schème de données extérieures, c’est-à-dire son application à des objets ou à des situations du milieu.

Le terme d'assimilation en biologie est la capacité pour un organisme vivant de faire la synthèse de sa propre substance en puisant dans le milieu extérieur des éléments variés : l'individu absorbe des substances, les assimile en les transformant.


Le schème, en tant que structure d’action, se caractérise plus particulièrement par le fait qu’il se conserve au cours de ses répétitions, qu’il se consolide par l’exercice et qu’il tend à se généraliser au contact du milieu.


« Pour Piaget, le processus d’assimilation est la condition de toute appréhension, par les systèmes cognitifs ou les schèmes, des réalités auxquelles ils sont confrontés ou avec lesquelles ils entrent en interaction. Du point de vue de l’observateur qui l’étudie, toute activité cognitive est en effet une mise en relation d’un sujet avec un objet (au sens large qui inclut autrui) au cours de laquelle le premier peut chercher à reconnaître, à transformer, à expliquer ou à comprendre le second, ce qui ne peut se faire que par l’intermédiaire de notions et de savoir-faire intellectuels préalables (classifications, mises en relation…), qui servent de cadres d’assimilation de l’objet considéré. » fondation Jean Piaget)


L'individu intègre à sa structure interne des éléments du milieu extérieur.

  • L’assimilation consiste à interpréter les nouveaux événements à la lumière des schèmes de pensée déjà existants.
  • Dans ce sens, il transforme le milieu pour l'adapter aux connaissances de l'individu, car connaître ne consiste pas à copier le réel, mais à agir sur lui.

Prenons deux exemples :

  • un chien apprend qu'en gémissant et en grattant la porte de la maison, son maître le laissera sortir pour faire ses besoins ;
  • un chat apprend qu'en miaulant tout en se dirigeant vers la cuisine incite son propriétaire à lui donner de la nourriture.

Pour Piaget, «  c'est le fait qu'un stimulus du milieu extérieur, un excitant quelconque, ne peut agir et modifier une conduite que dans la mesure où il est intégré à des structures antérieures  ».

Il donne l'exemple du nourrisson qui tête le sein de sa mère et qui, par la suite, sucera son pouce ou tout autre objet de l'environnement.


L'assimilation permet à un organisme de reconnaître l'objet auquel il applique une action donnée, de reproduire cette action et de la généraliser à d'autres objets.

L'assimilation, contrairement à son envers - l'accommodation -, est peu déstabilisante.

Accomodation


L'accommodation désigne toute modification des schèmes d’assimilation sous l’influence des objets ou situations extérieures auxquels ils s’appliquent.

L’assimilation consiste à interpréter les nouveaux événements à la lumière des schèmes de pensée déjà existants. En effet, le sujet doit ajuster un comportement général à une situation particulière.

Piaget montre à des enfants deux boules identiques en demandant si elles contiennent la même quantité de liquide : leurs réponses est évidemment positives. Puis, Piaget transforme une des boules en cylindre et pose la même question.

  • Avant 6-7 ans, les enfants disent que le cylindre contient plus de matière.
  • Après 7 ans, ils disent que la quantité est identique : ils ont acquis une autre opération cognitive, la réversibilité mentale, qui permet de reconnaître les transformations subies par un objet.

C'est, en d'autres termes, quand l'individu se modifie pour s'adapter au milieu : le processus d'accommodation sert à enrichir ou élargir un schème d'action en le rendant plus flexible.


Lorsqu'un nouveau schème ne peut s'intégrer directement à l'ensemble de la structure mentale, cela implique :

  • soit la création d'une structure nouvelle,
  • soit la réorganisation profonde de la structure ancienne.

Les positions de soumission chez le chien sont des rituels, c'est-à-dire des comportements du chiot qui ont subi une modification pour les transformer en signaux.

Dans l'accommodation, le processus résulte d'une forte déstabilisation cognitive.


L'assimilation et l'accommodation sont les deux processus qui créent le déséquilibre et l'équilibre. Pour Piaget, on passe constamment de l’assimilation et l’accommodation durant les processus de compréhension du monde qui nous entoure.

« L'organisme s'adapte en construisant matériellement des formes nouvelles pour les insérer dans celle de l'univers, tandis que l'intelligence prolonge une telle création en construisant mentalement des structures suceptibles de s'adapter à celles du milieu. »

4. Apprentissage et mémoire

La mémoire est indissociable de l'apprentissage.

« L'apprentissage est une organisation de la connaissance qui s'appuie en grande partie sur des informations qui ne sont plus disponibles dans l'environnement immédiat et qui sont des souvenirs d'événements vécus antérieurement, ces souvenirs peuvent être très récents, de l'ordre d'une fraction de seconde, ou plus anciens. Contrairement à la perception qui utilise les données présentes dans l'environnement, l'apprentissage consiste à construire ou à modifier la représentation qu'un organisme a de son environnement. » F. Dorè.

5. Apprentissage : expérience individuelle

L'apprentissage s'inscrit dans un contexte historique particulier à chaque individu.

Les modifications qu'il engendre sont le fruit de l'expérience.

6. Apprentissage : transformation phénotypique

Le phénotype comportemental subit une transformation.

De nouveaux comportements sont acquis ou bien des comportements existants sont modifiés ou éliminés. De plus, cette transformation est en général durable ou permanente.

Comportement appris


Un comportement appris est un comportement acquis par l'individu au cours de sa vie par un processus d'apprentissage. Il n'est pas héréditaire, mais peut être congénital
, c'est-à-dire présent à la naissance.

En effet, le foetus est susceptible de réaliser certains apprentissages in utero.


La fonction du comportement appris est complémentaire au comportement inné (adaptation à court terme beaucoup plus rapide) et renforce la souplesse du système
.

Interprétation théorique

L'apprentissage provoque des modifications au sein de l'organisme qui le subit.

watson Ces modifications donnent lieu à des hypothèses qui sont autant d'interprétations théoriques. Ces dernières sont très diverses du fait que l'apprentissage est une variable intermédiaire.


L'animal a les capacités de catégoriser son environnement et de se le représenter.

  • La notion de variable intermédiaire désigne les processus, généralement non observables du point de vue de l'expérimentateur, qui modulent les relations entre un stimulus et la réponse d'un organisme à ce stimulus.
  • Les facultés de représentation en sont le prototype même : elles signent la capacité d'un animal de réactiver et utiliser une information qui n'est pas immédiatement disponible dans son environnement.

En effet, l'apprentissage, en tant que tel, ne peut être observé directement.

  • Il faut supposer son existence pour expliquer l'apparition d'une relation nouvelle entre un ou des éléments de l'environnement et le ou les comportements observés.
  • C'est également pour cette raison qu'il est difficile d'élaborer une définition sur laquelle tout le monde est d'accord (cf. plus haut).

tolmanD'une manière générale, pour expliquer la nature et les lois de l'apprentissage, deux écoles s'opposent :

Pour les connexionnistes (Edward Thorndike (1874-1949), John Broadus Watson (1878-1958), Burrhus Frédéric Skinner (1904-1990)), l'apprentissage est la modification du comportement d'un animal résultant de son expérience. Par l'apprentissage, il établit des liaisons nouvelles entre des stimuli (S-S) ou entre un stimulus et une réponse (S-R).

Pour les cognitivistes (Tolman, Köhler, Griffin, Bandura...), l'apprentissage est une modification des représentations que se fait l'animal de son milieu. En effet, l'individu ajoute aux stimuli, objets ou événements, des éléments d'organisation qui ne sont pas fournis d'emblée, S-O-R. Par l'apprentissage, il acquiert des connaissances sur des régularités existant dans son environnement, ce qui peut provoquer une modification du comportement ou non.

ApprentissageDifférentes formes d'apprentissageConditionnement classique
Conditionnement opérantRenforcementsPunitionsHabituationSensibilisationImprégnationApprentissage par imitationApprentissage par observation
Apprentissage latentApprentissage par intuitionApprentissages complexes

Bibliographie
  • Legendre-Bergeron, M.-F - Lexique de la psychologie du développement de Jean Piaget - Chicoutimi, Québec, Gaëtan Morin, 1980.
  • Giffroy J.M. (Prof. Université de Namur, Belgique) - L'apprentissage et ses applications - 3ème cycle professionnel des écoles nationales vétérinaires, Toulouse, 2000
  • Doré F, Mercier P. - Les fondements de l'apprentissage et de la cognition - Presses universitaire de Lille, Gaêtan Morin éditeur, 496 p., 1992
  • Malcut G., Pomerleau A., Maurice P. - Psychologie de l'apprentissage : termes et concepts - Edisem, maloine, 243 p., 1995
  • Université d'Oxford - Dictionnaire du comportement animal - Robert Laffont, Paris, 1013 p., 1990
  • Gheusi G. - La cognition animale - 3ème cycle professionnel des écoles nationales vétérinaires - Toulouse 2000
  • Eibl-Eibesfeldt I. - Ethologie - Biologie du comportement, Naturalia et Biologica Editions scientifiques Paris, 576 p., 1972
  • Bensch - Présentation de l'éthologie et des comportements - 3ème cycle professionnel des écoles nationales vétérinaires - Toulouse 2000