• Comportement du chien et
    du chat
  • Celui qui connait vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme
    • Konrad Lorenz
  • Biologie, neurosciences et
    sciences en général
  •  Le but des sciences n'est pas d'ouvrir une porte à la sagesse infinie,
    mais de poser une limite à l'erreur infinie
    • La vie de Galilée de Bertold Brecht

Transport membranaire
Transports sans mouvements membranaires (passifs et actifs)

Sommaire
définition

Le transport membranaire est le passage d'une molécule, d'un ion ou d'une particule à travers la bicouche de phospholipides de la membrane plasmique ou des organites.

Perméabilité membranaire
Perméabilité membranaire
(Figure : vetopsy.fr d'après Lodisch)

Les transports membranaires peuvent s'effectuer :

bien

Les transports au travers des membranes mitochondriales sont étudiées dans un chapitre spécial.

Transports membranaires 
  sans mouvements membranaires

La membrane est hydrophobe et constitue donc une barrière aux substances hydrosolubles. Néanmoins, certaines molécules peuvent pénétrer dans la cellule.

On peut distinguer deux catégories de transports membranaires sans mouvements membranaires selon le passage de l'ion ou de la molécule dans le sens, ou contre le gradient de concentration ou le gradient électrochimique (driving force) quand la molécule est chargée.

La membrane plasmique possède un potentiel membranaire, sa face de charge positive (externe) et sa face de charge négative (interne) - différence de potentiel de -70mV - peuvent favoriser ou gêner la diffusion selon le gradient de concentration : on parle alors d'un gradient électrochimique (driving force), en particulier pour les ions.

Transports passifs

Les transports passifs ne consomment pas d'énergie et les molécules traversent selon le sens du gradient de concentration.

Diffusion simple et osmose
Diffusion simple et osmose
(Figure : vetopsy.fr)

Diffusion simple

La diffusion simple concerne un très petit nombre de molécules : O2, CO2, NO, urée, éthanol. Les très petites particules et les particules liposolubles diffusent librement.

La vitesse de cette diffusion dépend de :

  • la taille des molécules ;
  • leur absence de polarité et de charge (ions…) ;
  • leur coefficient de partage ou de partition (rapport solubilité dans les lipides/solubilité dans l'eau : plus elles sont liposolubles, plus rapide est leur passage entre la bicouche de phospholipides membranaires).

Cette diffusion est régie par les deux lois de Fick, du nom du physicien et physiologiste Adolf Eugen Fick - 1829-1901- (loupeéquations de Fick et diffusion des particules)

  • La première loi exprime la relation linéaire entre le flux de matière et son gradient de concentration.
  • La seconde prédit comment la diffusion fait varier la concentration avec le temps.

Les paramètres des lois de Fick peuvent être modifiés losque la diffusion s'effectue dans un sytème complexe comme par exemple l'espace extracellulaire (loupeastrocyte et espace extracellulaire).

Osmose

L'osmose, c'est-à-dire la diffusion de l'eau (solvant), intervient chaque fois que la concentration de molécules dissoutes est inégale de part et d'autre de la membrane.

Les molécules d'eau, très polaires, ne peuvent pas traverser la double couche de lipides, mais, leur petite taille leur permet de passer dans les pores de la plupart des membranes plasmiques.

La pression osmotique se définit comme la pression minimum qu’il faut exercer pour empêcher le passage d’un solvant d’une solution moins concentrée à une solution plus concentrée au travers d’une membrane semi-perméable (principe de la presion osmotique en image).

La pression osmotique d'une solution idéale se calcule par une formule développée par Van't Hoff en 1886 et appliquant le deuxième principe de la thrmodynamique.

Diffusion facilitée

La diffusion est dite facilitée quand elle fait intervenir des protéines transmembranaires qui facilitent la vitesse de passage.

C'est le cas quand les molécules sont hydrophiles et trop grosses pour passer dans les pores de membrane plasmique (glucose par exemple).

Diffusion facilitée : canaux protéiques et transporteurs
Diffusion facilitée : canaux protéiques et transporteurs
(Figure : vetopsy.fr)

Ces protéines sont spécifiques et appartiennent à trois grandes familles.

1. Les canaux ioniques sont des protéines membranaires en forme de canal qui traversent la membrane de part en part.

livre

Les canaux ioniques sont traités longuement dans des chapitres spéciaux.

On en distingue plusieurs catégories.

2. Les transporteurs uniports (passifs) sont également des protéines transmembranaires, mais qui ne fonctionnent pas comme les canaux ioniques.

  • Lorsqu'il s'active, le transporteur présente un site de fixation à l'ion ou à la molécule à transporter.
  • Il subit alors un changement de conformation qui lui permet de déverser l'ion ou la molécule fixé de l'autre côté de la membrane.
attention

Les transporteurs interviennent dans les transports passifs, mais surtout dans les transports actifs.

3. Les porines forment des canaux de grande taille qui, contrairement aux autres canaux, laissent passer de molécules non spécifiquement.

Transports actifs

Les transports actifs déplacent les ions ou les molécules contre leur gradient de concentration ou leur gradient électrochimique (driving force).

  • Ce sont, par exemple, des ions tels que le Na+, K+, Ca++ou H+ .
  • Certaines grosses molécules comme le glucose.

Le transport actif présente des similitudes avec la diffusion facilitée par transporteur du fait de l'utilisation de transporteurs spécifiques, excepté que pour aller contre le gradient de concentration, ils doivent utiliser de l'énergie.

Pompe sodium-potassium
Pompe sodium-potassium
(Figure : vetopsy.fr)

On en connaît deux types.

1. Les pompes (ou transporteurs primaires) utilisent l'énergie de l'hydrolyse de l'ATP pour faire traverser la membrane plasmique à la molécule (ATPases).

livre

Les pompes et les co-transporteurssont traités dans des chapitres spéciaux.

2. Les co-transporteurs (ou transporteurs secondaires) sont des protéines transmembranaires qui couplent le passage de la molécule avec celui d'un ion (généralement H+ et Na+) : l'énergie, qui provient du déplacement de l'ion selon son gradient électrochimique (driving force), provoque le passage de l'autre substance contre son gradient propre (l'ATP n'est pas utilisée).

conclusion

En conclusion, on compte, principalement, trois classes de molécules qui facilitent le transport transmembranaire :

Différents transporteurs
Différents transporteurs
(Figure : vetopsy.fr)

Transports membranaires avec mouvements membranaires

Bibliographie
  • Marieb E. N. - Anatomie et physiologie humaines - De Boeck Université, Saint-Laurent, 1054 p., 1993
  • Maillet M. - Biologie cellulaire - Abrégés de Masson, 512 p, 2002
  • Lodish et coll - Biologie moléculaire de la cellule - De Boeck Supérieur, Saint-Laurent, 1207 p., 2014