Système sensoriel somatique
Thermoception

Citation

« Froide est la douleur de croire que la chaleur ne reviendra jamais. »

John Berger

Documentation web

  • Thermorécepteurs : canaux Trp (transient receptor potential) ( infos) &
    ( infos)
Sommaire

Le système sensoriel somatique ( infos) possède des récepteurs sensoriels ( infos) qui nous transmettent certaines informations :

  • tactiles par les mécanorécepteurs cutanés ( infos) ou proches de la peau (muqueuses),
  • douloureuses par les nocicepteurs ( infos),
  • dynamiques par les mécanorécepteurs, cette fois propriocepteurs ( infos), contenus dans les muscles et les articulations,
  • thermiques par les thermorécepteurs.


Chien enfouiLa thermoception est la sensation non douloureuse de la température grâce à des récepteurs cutanés spécialisé

s appelés thermorécepteurs.

Thermorécepteurs


Les thermorécepteurs cutanés sont différents des thermorécepteurs centraux contrôlant la température du corps.

  • d'une part, leur localisation, les uns extérocepteurs, les autres intérocepteurs, sensibles à la température du sang, même jusque dans l'hypothalamus, organe de commande de la thermorégulation ( infos), comme la plupart des fonctions homéostasiques ( infos).
  • d'autre part, la thermoception est consciente, la thermorégulation inconsciente.


La thermoception permet une perception de la température de notre environnement.

Les thermorécepteurs sont constitués par des terminaisons nerveuses libres ( infos) dans l'épiderme et le derme : la perception se fait par des points d'environ 1 mm de diamètre chez l'homme.

La main humaine contient de 1 à 5 points sensibles au froid et 0,4 point au chaud par cm2, La peau du visage, 16 à 19 points au froid par cm2.

transitions entre douleur et chaleurLes thermorécepteurs sont appelés :

  • sensibles au froid (cold fibers), mais, cependant, sont sensibles à une large gamme de température (entre 0 et 40°C environ) ;

Les fibres afférentes sont de type Aδ ( infos). Ils sont sensibles au menthol.

  • sensibles au chaud (warm fibers), entre 30 et 50°C.

Les fibres afférentes sont de type C ( infos). Ils sont sensibles à la capsaïcine ( infos).

Les thermonocicepteurs entre en jeu quand la température cutanée monte au-dessus de 43°C ou descend en-dessous de 17°C.


Chez l'homme, les thermorécepteurs répondent aux changements de température d'environ 0,01°C.

Transduction sensorielle

Les thermorécepteurs sont de 6 types différents suivant le type de canaux Trp - transient receptor potential - (Trp), canaux tétramériques calciques, qui sont sensibles à des températures différentes.

Chacun n'exprime qu'un type de canal sauf les Trpv1, sensibles au froid et aux températures corporelles supérieures à 43°C.

Transient receptor potential (Trp)

Lors de variations de température brutale, supposons une baisse de température, les récepteurs au froid sont activés (augmentation de leurs décharges) alors que les récepteurs au chaud sont désactivés (arrêt des décharges).

Toutefois, la perception dépend de plusieurs facteurs :

  • la température initiale ;

Le corps d'un chat ou d'un chien nous paraît chaud car leur température cutanée est de 38,5°C alors que la nôtre est de 37°C.

  • Chien glacéla vitesse de changement ;

Plus elle est brutale, plus la sensation est forte.

  • la surface cutanée impliquée.

Voies nerveuses

Les récepteurs au froid et au chaud synapsent dans la substancia gelatinosa ( infos) de la corne dorsale de la moelle épinière ( infos).

Les voies nerveuses de conduction au cerveau sont identiques à celles utilisées dans la nociception ( infos) :

SomesthésieThermoceptionToucherDouleur et nociceptionProprioception

Bibliographie
  • Pritchard T.-C., Alloway K.-D. - Neurosciences médicales - De Boeck Université, Bruxelles, 526 p., 2002
  • Bossy J. - Anatomie clinique - Springer-Verlag, Paris, 475 p., 1990
  • Nadeau E. - Neurosciences médicales - Elsevier, Issy-les-Moulineaux, 569 p., 2006
  • Le Bars D. - Physiologie de la douleur - PMCAC, mars-avril n°2, mai-juin n°3, 1998
  • Gogny M. - Douleur et traitement de la douleur - Point vétérinaire, vol 24, n° 149, 1993
  • Stahl S. M. - Psychopharmacologie essentielle - Médecine-Sciences, Flammarion, Paris, 640 p., 2002
  • Felten D.-L., Jozefowicz R.-F. - Atlas de neurosciences de Netter - Masson, Paris, 306 p., 2006
  • Marieb E. N. - Anatomie et physiologie humaines - De Boeck Université, Saint-Laurent, 1054 p., 1993
  • Rosenzweig M.R., Leiman A.L., Breedlove S.M. - Psychobiologie  - DeBoeck Université, Bruxelles, 849 p., 1998
  • Purves D., Augustine G.J., Fitzpatrick D., Katz L.C., Lamantia A-S, McNamara J.O., Williams S.M. - Neurosciences - De Boeck, 800 p., 2003
  • Kolb B., Whishaw I. - Cerveau et comportement - De Boeck Université, Bruxelles, 1013 p., 2008
  • Bear M.F., Connors B.W., Paradiso M.A. - Neurosciences : à la découverte du cerveau - Editions Pradel, 881 p, 2007