Combats et postures de combat
chez le chat

Citation

« Au combat, tout le monde a peur. La seule différence est dans la direction qu'on prend pour courir. »

Jean Anouilh

Sommaire


Les combats font partie des comportements agonistiques ( infos).

Un comportement agonistique est un comportement qui permet de résoudre un conflit avec un autre animal.

Chez le chat, les combats surviennent quand les postures de menace ( infos), mais également l'éloignement ( infos) ou la fuite ( infos) n'ont pas suffi à résoudre le conflit.

Combat de chatsEn général, les combats, chez les animaux, peuvent être :

Nous nous limiterons ici aux combats intraspécifiques.

Causes des combats de chat

Les combats ont les mêmes causes que les agressions ( infos).


Contrairement au chien dont les combats sont ritualisés et ne provoquent, en général, que peu de blessures, les combats, surtout avec les chats étrangers, sont, en général, sanglants.


Combats entre chats Entre deux chats qui se connaissent bien, les menaces et les combats font plus de bruits que de mal : en général, ils n'utilisent pas toutes leurs armes.

Chez le chat, ces combats sanglants peuvent survenir dans plusieurs situations :

  • lors de combats entre congénères (territoire, rut) ;


Rappelons que les marquages sont là pour éviter les rencontres entre chats, donc les combats ( infos) !

  • lors de troubles comportementaux :
    • phobiques ou anxieux dans les agressions par peur incontrôlées ( infos) ;
    • dysthymiques ( infos) ;
  • lors d'instrumentalisation de l'agression ( infos).

Quelquefois, la victime peut être également un jeune - infanticide -. Dans ces cas-là, les motivations sont différentes (transmission des seuls gènes de l'agresseur) et ce ne sont pas des comportements de combat.

Postures de menace

Combats entre chatsPour ma part, je décris plusieurs postures de menace chez le chat :

  • Les postures offensives ( infos), menaces où le chat est sûr de lui et prêt à l'attaque ( cf. plus bas). Tout dépendra de ses motivations et de celles de l'autre chat.


Les postures et les mimiques faciales ne sont pas forcément superposables !
Les mimiques faciales changent plus souvent dans une interaction que les postures ( infos).

  • Les postures d'intimidation (espacement, surtout avec d'autres espèces - infos -) ;
  • Les postures défensives ( infos) :
    • posture basse,
    • posture de rupture.

Postures de combat


Posture offensive chez un chat Le chat utilise sa dentition ( infos) et ses griffes comme armes ( infos).

Lors des rencontres entre chats, nous avons décrit l'approche entre chats étrangers, avec une infinité lenteur, comme au ralenti ( infos).

Le comportement d'attaque ou approche offensive est rarement pur car il est parasité par les émotions.


Ces combats sont souvent initiés par les matous lors de défense de territoire ou lors des périodes de reproduction.

Le chat, le dos droit, a l'arrière-train légèrement surélevé car les poils du dos se hérissent de plus en plus depuis le milieu du dos jusqu'à la queue.

  • Celle-ci se retrouve en prolongement du corps à sa base et se casse à angle droit vers le bas.
  • En règle générale, le bout de la queue bouge de manière saccadée.

Posture offensive chez un chat Sur le film ci-contre, nous pouvons observer une posture d'attaque presque " pure ", dans l'approche. Remarquez les mouvements de la tête de l'agresseur.

La tête est étirée vers l'avant, les pupilles sont en myosis (ouverture rétrécie), les oreilles sont droites, mais la face postérieure (poilue) tournée vers l'avant.


Les mouvements sont extrêmement lents. L'approche peut durer plusieurs minutes.
La fuite peut se produire à n'importe quel moment de la séquence, avec ou sans contact visuel.

Affrontement entre deux chats Le chat continue son approche en menaçant par des vocalisations puissantes ( infos).

Ces vocalises sont souvent interrompues par des mouvements de langue d'avant en arrière avec la bouche qui s'ouvre et se ferme : le son ressemble au jacassement, signe d'une excitation intense ( infos). Remarquez légalement les mouvements de la tête de l'agresseur.

Lors de l'approche finale (moins d'un mètre, en général), l'agresseur fixe toujours l'autre chat en tournant sa tête à 45° d'un côté à l'autre.


L'éloignement ( infos) ou la fuite ( infos) peuvent se produire à n'importe quel moment de la séquence, avec ou sans contact visuel.

Sur le film ci-contre, les motivations et les émotions des deux chats sont à peu près identiques. Même si le chat blanc se sauve à la fin, ils ne voulaient, ni l'un, ni l'autre, engager vraiment le combat.

Deux situations sont possibles avant de poursuivre l'interaction :

  • soit les chat restent à une certaine distance (entre 20 et 50 cm environ),
  • soit les chats arrivent en contact tête contre tête pour se flairer ou même se donner un petit " coup de boule ".

Posture défensive du chatLes postures de l'autre chat sont variables.

  • S'il est de force et de motivation équivalente à l'agresseur, ses mouvements sont parfaitement calqués sur ceux de l'autre chat, comme une image dans une glace (comme sur le film ci-contre).
  • Soit, il est assis " normalement ", les mimiques faciales en position mosaïque offensive-défensive.
  • Soit, il en posture basse ( infos) ou en posture de rupture ( infos).

Dans ce film, le chat roux est chez lui et se retrouve en position de rupture ( infos) face à l'autre chat en position d'attaque. Ce dernier essaie de l'intimider, puis " regarde autour " ( infos) avant d'insister pour le flairer. Le coup de patte du roux les fait fuir tous les deux. Puis, le roux revient flairer les odeurs de l'autre, ce qu'il n'a pu faire normalement car l'autre chat était en position d'attaque.


Le chat est, en posture de rupture, ralentit l'avancée de l'attaquant !

Il lève lentement la patte vers lui et s'il approche trop près, le frappe sur le nez, ce qui, en général, ralentit encore l'attaque.


Tout dépend de sa motivation et de ses émotions !

S'ils sont de motivation équivalente, les chats avancent l'un vers l'autre de plus en plus lentement, une patte après l'autre (avant, puis arrière).

  • Ils affaissent un peu le train arrière en courbant le dos (ce qui n'a rien à voir avec le gros dos).
  • Ils se fixent longuement, sans bouger, à quelques centimètres l'un de l'autre, quelquefois assis l'un en face de l'autre, vocalisant de moins en moins, leurs queues battant de plus en plus violemment.

Combat proprement dit

AgressionArmesComportements agonistiquesCombatsFuite
Comportements de défense

Bibliographie
  • Eibl-Eibesfeldt I. - Ethologie - Biologie du comportement - Naturalia et Biologica Editions scientifiques Paris, 576 p., 1972
  • Bradbury J.W., Vehrencamp S.L. - Principles of animal Communication - Sinauer Associates, Sunderland, 950 p., 1998
  • Schenkel, R. - Submission : Its Features and Function in the Wolf and Dog - American Zoologist, 7, p. : 319-329, 1967
  • Schenkel, R. - Ausdrucksstudien an wolfen - Behavior 1. p. : 81-129, 1947
  • Giffroy J..M. (Prof. Université de Namur, Belgique) - L'éthogramme du chien - 3ème cycle professionnel des écoles nationales vétérinaires, Toulouse, 2000
  • Pageat P. - Pathologie du comportement du chien - Editions du Point Vétérinaire, Maisons-Alfort, 384 p., 1998
  • Université d'Oxford - Dictionnaire du comportement animal - Robert Laffont, Paris, 1013 p., 1990
  • Immelmann K. - Dictionnaire de l'éthologie - Pierre Mardaga Editeur, Liège, 296 p., 1990