La mémoire à long terme déclarative

Citation

« La mémoire, c'est comme une valise. On met toujours dedans des choses qui ne servent à rien. »

Walter Prévost

Documentation web

Sommaire
  1. Généralités sur la mémoire
  2. Bref historique de la mémoire
  3. Modèles et définitions de la mémoire
  4. Différentes mémoires
  5. Bases neurobiologiques de la mémoire
    1. Bases neurobiologiques générales de la mémoire
      1. Assemblées cellulaires
      2. Aires corticales
    2. Bases neurobiologiques de la mémoire à court terme
    3. Bases neurobiologiques de la mémoire de travail
    4. Bases neurobiologiques de la mémoire à long terme
      1. Bases anatomiques de la mémoire à long terme non-déclarative
      2. Bases anatomiques de la mémoire à long terme déclarative
        1. Bases anatomiques de la mémoire à long terme déclarative : découvertes
        2. Bases anatomiques de la mémoire à long terme déclarative : lobes temporaux
        3. Bases anatomiques de la mémoire à long terme déclarative : diencéphale
        4. Bases anatomiques de la mémoire à long terme déclarative : lobes frontaux
        5. Bases anatomiques de la mémoire émotionnelle : système limbique
      3. Bases moléculaires de la mémoire à long terme
        1. Bases moléculaires de la mémoire à long terme : potentialisation à long terme ou PLT (1)
        2. Bases moléculaires de la mémoire à long terme: potentialisation à long terme ou PLT (2)
        3. Bases moléculaires de la mémoire à long terme: dépression à long terme (DLT)

Bibliographie


La mémoire déclarative est un système de la mémoire à long terme conservant des informations du type " savoir que “, faisant appel à des connaissances, verbalisables, accessibles à la conscience, facilement modifiables
.


La mémoire déclarative est la mémoire comme on l'entend communément ( infos). Elle est consciente, soit par verbalisation, soit par images mentales, et beaucoup plus souple que la mémoire non-déclarative.

Cette mémoire peut être qualifié d'explicite.

Le sujet peut récupérer explicitement et consciemment un épisode antérieur localisé dans le temps et l'espace. Cette récupération peut par contre être volontaire ou non. La définition d'explicite est : qui est nettement et complètement formulé, sans aucun doute possible.

Différentes mémoires

La mémoire déclarative est composée de :

  • la mémoire sémantique (mémoire conceptuelle, mémoire encyclopédique),
  • la mémoire épisodique (mémoire des événements particuliers et datés : mémoire temporo-spatiale).

Mémoire sémantique

La mémoire sémantique (mémoire conceptuelle, mémoire encyclopédique) gère toutes les connaissances acquises sur le monde pour pouvoir les utiliser en temps opportun.

Les événements encodés sont indépendants du contexte et sont communs à la société dans laquelle on vit.

Elle permet par exemple de savoir que Gestalt n'est pas un mot français, que le triangle a trois côtés, que Le Caire est la capitale de l'Egypte…

La mémoire Cette mémoire est dite noétique, ce qui signifie qu'elle s'accompagne d'une simple conscience d'une connaissance sur le monde.

Mémoire épisodique

La mémoire épisodique est une mémoire des événements particuliers et datés (mémoire temporo-spatiale).

Ce peut être, en ordre dispersé, la mort d'un proche, le premier homme sur la lune, le 11 septembre, la naissance des enfants…

Elle est un peu différente de ce que l'on nomme la mémoire autobiographique.

Je peux me rappeler que Le Caire est la capitale de l'Egypte par mes cours de géographie au lycée (mémoire sémantique), mais également car j'y ai passé des vacances culturelles en 2004 (mémoire épisodique) Les deux mémoires peuvent ainsi se compléter, mais certaines maladies n'agissent que sur l'une ou l'autre de ces mémoires.

La mémoire épisodique est dite ainsi autonoétique : elle est dépendante d'un contexte et est largement subjective.

Nous savons très bien que les animaux possèdent une mémoire déclarative. Par contre, existe-il une mémoire épisodique chez les animaux ? C'est, en fin de compte, ce que j'explique à mes clients quand je leur dis que leur animal vit dans le présent.

Le fait que les punitions a posteriori provoquent des troubles de la communication montre que l'animal n'a pas un souvenir temporel (j'ai fait cela il y a dix minutes), donc n'a vraisemblablement pas de mémoire épisodique.

  • Le thérapeuteLa mémoire déclarative est contenue dans les systèmes sensoriels et moteurs traitant l'information au départ (visuelle, auditive…), comme la mémoire non-déclarative, mais dépend, en plus, du lobe temporal interne.
  • En outre, le cortex associatif, dont fait partie les lobes frontaux, est bien plus développé dans le cerveau humain que dans le cerveau animal.

Bases neurobiologiques de la mémoire déclarative

La mémoire sémantique est reliée à de nombreuses autres zones corticales ( infos).

La mémoire épisodique dépend surtout du lobe frontal ( infos).


La mémoire déclarative et la mémoire non-déclarative sont sous-tendues par des régions cérébrales différentes. Mais, un même souvenir peut être présent dans les différentes mémoires.

Si un homme a entendu un bruit violent dans la rue, il peut décrire l'événement plus ou moins précisément. Toutefois, il peut garder également un souvenir en mémoire non-déclarative. S'il a eu peur par exemple, une situation similaire pourrait provoquer une sensibilisation débouchant sur une phobie des bruits.

Ces différentes mémoires (procédurale, sémantique et épisodique) apparaissent dans cet ordre dans l'évolution des espèces et dans le développement de l'enfant ( infos) et disparaissent en sens inverse lors d'involution chez les personnes âgées ( infos).

MémoireMémoire sensorielleMémoire à court termeMémoire de travail
Mémoire à long termeMémoire à long terme non-déclarative
Mémoire à long terme déclarativeBases neurobiologiques de la mémoire

Bibliographie
  • Doré F, Mercier P. - Les fondements de l'apprentissage et de la cognition - Presses universitaire de Lille, Gaêtan Morin éditeur, 496 p., 1992
  • Cordier F., Gaonac'h D. - Apprentissage et mémoire - Nathan, 127 p., 2004
  • Fortin C., Rousseau R. - Psychologie cognitive : une approche de traitement de l'information - Presses de l'Université du Québec, 434 p. , 1992
  • Malcut G., Pomerleau A., Maurice P. - Psychologie de l'apprentissage : termes et concepts - Edisem, maloine, 243 p., 1995
  • Roulin J.L. - Psychologie cognitive - Bréal éditeurs, 445 p., 2005
  • Purves D., Augustine G.J., Fitzpatrick D., Katz L.C., Lamantia A-S, McNamara J.O., Williams S.M. - Neurosciences - De Boeck, 800 p., 2003
  • Kolb B., Whishaw I. - Cerveau et comportement - De Boeck, 646 p., 2002
  • Bear M.F., Connors B.W., Paradiso M.A. - Neurosciences : à la découverte du cerveau - Masson-Williams, 654 p, 1997
  • Pinel J. - Biopsychologie - Pearson Education France, 508 p., 2007