Marquage urinaire chez le chat :
rôles

Citation

« Il vaut mieux ne pas jouer le rôle du temps, il travaille mieux que nous. »

Vassili Kandinsky

Sommaire

Les marques urinaires sont exécutées dans :

  • le marquage de territoire,
  • la communication sociale (sexuelle, lors de combats…), qui facilite la reconnaissance du congénère (partenaire sexuel ou " ennemi "),
  • les excitations et les perturbations émotionnelles.


L'homme a la manie de classifier, mais, en fait, tous ces rôles sont interdépendants.

Marquage du territoire

Marquage urinaaire chez le chatLe marquage du territoire est une communication sociale.

L'intérêt des marques olfactives est que cette communication perdure dans le temps. Ces marquages permettent à des individus solitaires dans des conditions normales ( infos),

  • de trouver un partenaire pour perpétuer l'espèce,
  • de ne pas rencontrer des congénères avec lesquels ils seraient en conflit.

N'oublions pas que les bagarres de matous se finissent le plus souvent par des blessures graves pouvant provoquer la mort.

Le rôle, autre que sexuel, du marquage urinaire est un partage temporel entre chats de certaines parties du domaine vital, mais également un compteur de temps pour l'émetteur lui-même.

On peut ainsi expliquer les marquages d'entretien ( infos).

  • Le chat qui flaire une marque ancienne sait qu'aucun chat n'est présent sur le chemin qu'il va emprunter : il n'y a donc pas de danger de rencontre. En outre, s'il veut chasser, il sait que les proies potentielles n'ont pas été dérangées et ne sont pas sur le qui-vive, qu'il flaire ses propres marques ou des marques étrangères.
  • Si la marque est récente, il saura tout sur le congénère susceptible d'être rencontré (sexe, âge, état hormonal, santé générale) et prendra les précautions adéquates selon qu'il s'agit :

Le chat a une organisation spatio-temporelle de son habitat.

Les phéromones urinaires, comme les griffades, sont des phéromones territoriales sensu stricto, c'est-à-dire qu'elles signalent la présence du chat résident aux autres chats.

C'est une sorte de " carte de visite " (sexe, état physiologique…) qui donne des informations sur le locataire du domaine vital, comme on le retrouve chez le chien lors des émissions d'urines ou de selles (infos).

Organisation du territoire du chat

Les marquages urinaires sont situés le plus souvent à l'intersection d'une voie de passage et d'un champ territorial.

Les objets aspergés ne provoquent pas de changement de trajectoire et font l'objet d'investigations olfactives par les congénères. Ils font un flehmen à cette occasion et peuvent recouvrir les marques urinaires par les leurs, mais pas aussi systématiquement que chez les chiens (infos).

Si un chat voit une tache sur un mur vertical, il n'est pas rare qu'il la recouvre par un marquage urinaire, même si ce n'est pas une tâche d'urine.

Les marquages urinaires sont exacerbés en de nombreuses circonstances :

  • surpopulation qui ne permet pas au chat d'organiser convenablement son territoire dans un milieu restreint ;
  • introduction d'un chat étranger qui bouleverse tous les repères du chat résident ;
  • vie avec l'homme qui chamboule toute la précision et la fonctionnalité des marquages.

Excitation et attraction sexuelle

L'aspersion d'urine augmente chez tous les chats mâles d'une population lorsqu'une femelle est en oestrus (chaleur).

Chats copulantLa femelle exécutera plus fréquemment des marquages urinaires, pendant cette période de son cycle.

La copuline est une des phéromones présentes dans les sécrétions vaginales des mammifères. Son taux est maximal au moment de l'ovulation. Elle provoque une montée du taux de testostérone chez le mâle (environ 30% chez l'homme lors d'inhalation de vapeur d'eau contenant de la copuline).

Le temps passé à flairer les urines de ces femelles est bien supérieur à celui d'une exploration normale de marquage urinaire.

Ces marquages ont pour rôle de donner des informations sur le statut reproducteur de la femelle. L'odeur de l'urine du mâle pourrait être déterminant pour le choix du prétendant par la femelle.


Le comportement de marquage est hormono-dépendant
.

Ce sont principalement les animaux entiers (mâles surtout, mais également femelles) qui expriment ce comportement. Dans ce cas, et dans ce cas seulement, il est accompagné de vocalises.

Communication inter et intraspécifique

Le marquage urinaire lors du balisage du territoire ou de l'attraction sexuelle a évidemment un rôle dans la communication intraspécifique.

Chez certains animaux, mais assez rarement, le marquage urinaire peut également viser un autre individu ou l'homme.

Ce comportement est fréquent chez d'autres espèces de mammifères (chez les rongeurs et les lagomorphes, comme le Mara ou lièvre des pampas).

Excitations ou perturbations émotionnelles

Toute excitation émotionnelle peut déclencher un marquage urinaire que ce soit lors de :

  • Comportement sexuel ( infos)
  • Combats ( infos)
  • Jeux violents ( infos)
  • Perturbations territoriales qu'elles soient olfactives ou visuelles…

Ce comportement de marquage urinaire sera donc également présent lors de perturbations émotionnelles :

  • Emotions violentes
  • Olfaction (marques ou odeurs) ou vision de spots (urinaires ou non)
  • Troubles de la communication avec les propriétaires (punitions…)
  • Anxiétés

Sémiologie du marquage urinaire

Marquages chez le chatMarquage urinaireMarquage fécal ?Griffades
Marquage facialMarquages d'alarme

Bibliographie
  • Giffroy J.M. (Prof. Université de Namur, Belgique) - L'éthogramme du chat - 3ème cycle professionnel des écoles nationales vétérinaires, Toulouse, 2000
  • Pageat P. - La communication chimique dans l'univers des carnivores domestiques - PV, vol 28, n°181, 1997
  • Dehasse J. - Sémiologie comportementale du chat - 3ème cycle professionnel des écoles nationales vétérinaires, Toulouse, 2000
  • Dehasse J. - Tout sur la psychologie du chat - Odile Jacob, Paris, 604 p., 2005
  • Dehasse J., De Buyser C. - Les souillures chez le chat - Pratique médicale et chirurgicale de l'animal de compagnie, 21, (1), p. 29-36, 1986
  • Beaumont E., Marlois N., Mège C. - Le chat malpropre - Pratique vét Anim Comp, 9, 09/2004
  • Longueville E. - Malpropreté chez le chat - Action vétérinaire, n° 1456, 11/1998
  • Chappuis-Gagnon A.-C. - Principaux troubles du comportement félin : traitement et prophylaxie - La dépêche technique - 2003
  • Borchelt P., Voith V. - Diagnosis and Treatment of Elimination Behavior Problems in cats - Symposium on Animal Behavior, p. 673-681.
  • Hart B., Hart L. - Canine and Feline Behavioral Therapy - Lea & Febiger, Philadelphia, 1985.
  • Wright M., Walters S. - Le livre du chat - Septimus éditions, 256 p., 1980
  • Cours de base du GECAF