Troubles du comportement alimentaire du chien
Organisation sociale des repas (2)

Citation

« Les repas de famille ne consistent pas à se manger entre parents. »

Jules Jouy

Sommaire


Les renseignements recueillis (au nombre de quatre) dans l'organisation sociale des repas permettent de connaître la position hiérarchique de votre chien dans le groupe familial.


3. Présence des maîtres et vitesse d'ingestion du repas


Ces deux caractéristiques doivent être analysées ensemble.

En effet, lors des repas, il arrive très souvent que vous restiez auprès de la gamelle pour voir si votre chien mange correctement.

Lorsqu'on vous pose la question suivante : «  En combien de jours pensez-vous qu'un chien puisse mourir de faim ? », la plupart de vos réponses se situent dans la fourchette de 3 jours à 1 semaine. Rappelons qu'un chien meurt en 2 mois environ.

Chien donneur d'ordre Ce comportement est très fréquent lorsque votre chien a souffert de :

  • troubles alimentaires lors de son jeune âge : troubles somatiques comme une gastro-entérite…,
  • trouble comportemental lors de troubles du développement,
  • votre angoisse devant la croissance de votre chiot (race géante comme le dogue allemand par exemple).

Que se passe-t-il dans ces conditions ?

  • Le chien mangera lentement.

C'est souvent pour cela que vous restez à côté pour l'encourager à manger, voire lui donner la nourriture à la main. Je vous entends souvent dire que votre chien « chipote…, ne se jette pas sur la nourriture, à part si on lui donne ce que l'on mange…, n'aime plus ses croquettes…, n'est pas gourmand… » Je me souviens d'un dogue allemand qui ne mangeait que des côtelettes d'agneau panées à la petite cuillère !

  • Le chien attendra qu'une personne de l'entourage soit présente pour manger.

Il peut également apporter sa gamelle ou une bouchée de nourriture qu'il crache devant vous pour montrer qu'il mange devant tout le groupe social. Nous appelons ce chien un " donneur d'ordres “.


Ce chien se perçoit bien comme dominant et ce type de comportement peut aboutir à une
sociopathie.


Chien dominePar contre, en inversant les rôles, c'est-à-dire si le chien considère qu'il est dominé et que vous êtes dominant, il s'arrêtera de manger en votre présence - ou il mangera très rapidement.

« Oups ! Comme je vais être obligé de laisser la place au dominant, je vais manger le plus de nourriture possible rapidement : tout ce qui est pris n'est plus à prendre ! »

Cela explique également le comportement du chien qui mange tout ce qu'il trouve dans la rue. Si vous vous précipitez pour lui enlever le bout de pain, le chewing-gum, la crotte… qui traîne, vous rentrez en compétition avec lui et il avalera l'objet du délit encore plus vite que d'habitude ( infos).

  • Toutefois, un chien hyperattaché pourra également ne manger qu'en présence des maîtres.

Aucun autre signe de sociopathie n'est présent.

4. Approche de la nourriture (gamelle, os…)


Un chien qui se considère comme dominant ne laisse pas la personne dominée s'approcher de la nourriture : il grogne ou peut même mordre (sociopathie).


Tout le monde sait cela. Cependant, vous êtes nombreux à me dire « Attendez Docteur : je vois ce que vous allez me dire ! Mon chien me domine ! Et bien non ! Je peux lui prendre sa gamelle ! »


Le seul " petit " problème est qu'il faut considérer la manière dont vous vous approchez de la gamelle.

  • Si votre approche est rapide, à trajectoire rectiligne et que la prise de la gamelle s'effectue sans ambages, le chien est sans conteste, dominé.
  • Par contre, si votre approche est lente, hésitante, à trajectoire curviligne, en position basse, vous avez de maître que le nom car vous montrez, de la sorte, votre soumission.

Linotte XIV Vous pourrez quand même prendre la gamelle de votre chien.

Cette situation serait parfaitement concevable dans la nature. Un chien dominant, dans sa grande mansuétude, autorise le dominé à manger dans sa gamelle si celui-ci a demandé l'autorisation auparavant par moult postures de soumission ( infos).

Le moyen mnémotechnique de retenir les éléments de la hiérarchie alimentaire est de penser au" Roi-Soleil ". Louis XIV, comme le chien dominant, mangeait :

  • en premier : le dominant a un accès prioritaire à la nourriture ;
  • devant tout le monde : le dominant a besoin de spectateurs ;
  • lentement : le dominant mange souvent avec des mouvements ostentatoires de mastication, quelquefois, avec des déplacements avant de revenir manger ;
  • laissant un peu de la nourriture à ses courtisans (dominés) qui lui faisaient des courbettes de remerciements devant tant de bonté (position d'apaisement)…
  • obtenant de la nourriture de l'entourage et agressant le petit personnel de ne pas obtenir ce qu'il voulait immédiatement…


Bref, un crime de lèse-majesté !

5. Coexistence de plusieurs chiens

Lorsque la maisonnée comprend plusieurs chiens, l'organisation de la hiérarchie sera étudiée avec les mêmes critères que précédemment.

Le chien dominant laisse souvent d'autres chiens prendre de la nourriture dans sa gamelle, lorsqu'ils ont, comme l'exemple avec le maître ci-dessus, montré des postures d'apaisement.

Comportement alimentaireComportement alimentaire du chienPrédation
Alimentation (à la maison)Alimentation spécifiqueSémiologie alimentaire
Fluctuations de l'appétitOrganisation sociale des repasPica

Bibliographie
  • Giffroy J.M. (Prof. Université de Namur, Belgique) - L'éthogramme du chien - 3ème cycle professionnel des écoles nationales vétérinaires, Toulouse, 2000
  • Pageat P. - Pathologie du comportement du chien - Editions du Point Vétérinaire, Maisons-Alfort, 384 p., 1998
  • Levesque A. - La gustation chez le chien et le chat - Le Point Vétérinaire, vol. 28, n°186, 1997
  • Landsberg G.,Hunthausen W., Ackerman L. - Handbook of behavior problems of the dog and cat -Butterworth-Heinemann, Oxford, 211 p., 2000
  • Pageat P. - Sémiologie en pathologie comportementale - Point Vétérinaire, 1990
  • Dehasse J. - Tout sur la psychologie du chien - Odile Jacob, Paris, 400 p., 2009
  • Beaumont-Graff E., Massal N. - Guide pratique du comportement du chien -Eyrolles, 286 p., 200
  • Pieson P., Grandjean D., Sergheraert R., Pibot P. - Guide pratique de l'élevage canin - Royal Canin, 347 p., 1996