Grandes voies du tronc cérébral
Voie pyramidale : faisceau cortico-nucléaire (ou cortico-bulbaire)

Citation

« Avant que tu ne parles, on doit pouvoir lire sur ton visage ce que tu vas dire. »

Marc-Aurèle

Documentation web

Sommaire

La voie pyramidale du tronc cérébral est formée par deux faisceaux :

Le faisceau cortico-nucléaire (cortico-bulbaire, géniculé ou cortico-géniculé), dont l'origine est identique au faisceau cortico-spinal, relie le cortex aux noyaux moteurs des nerfs crâniens.

  • Voie pyramidale du tronc cérébral
    Voie pyramidale du tronc cérébral
    (Figure : © vetopsy.fr d'après meddean.luc.edu)
    Il se termine dans la partie basse du bulbe, ce qui explique la forme pyramidale plus large en partie supérieure qu'en partie inférieure.
  • Il est appelé géniculé car il passe par le genou de la capsule interne. Il est également surnommé cortico-bulbaire, ce qui est inexact, car il se connecte aussi à des noyaux pontiques et mésencéphaliques.


Ce faisceau contrôle les muscles de la tête au sens large et du cou.

Noyaux afférents

Comme d'habitude en anatomie, le terme cortico-nucléaire est employé différemment suivant les auteurs :

On peut alors opérer une classification anatomique suivant la position des noyaux des nerfs crâniens contactés par ce faisceau :

1. au niveau mésencéphalique :

2. au niveau pontique :

3. au niveau bulbaire :

On peut également souligner que ce faisceau atteint les colonnes dérivant de la plaque alaire, ce qui est logique car il est moteur :

On voit que ce faisceau cortico-nucléaire peut être divisé en :

  • Voie pyramidale du tronc cérébral
    Voie pyramidale du tronc cérébral
    (Figure : © vetopsy.fr d'après Kahle)
    une voie motrice vers les noyaux innervant les muscles striés des arcs branchiaux (mastication, déglutition, phonation, mimiques…) et celui de l'hypoglosse pour la musculature de la langue, bordant la partie interne du faisceau cortico-spinal ;
  • une voie oculo-céphalogyre qui connecte les noyaux des nerfs oculaires (III, IV et VI), et XI (noyau céphalogyre, qui permet la rotation de la tête). Dans sa partie haute, le locus niger sépare ces deux voies.

Oculo-céphalogyre veut dire relatif aux mouvements de la tête liés à la vision.

Attention également car certains appellent cette voie oculo-céphalogyre la voie aberrante de Déjerine - pes lemniscus profond - car elle descend dans le lemnisque médian, ce qui n'est pas la conception de Kahle qui a décrit ses fibres (cf. plus bas).

Projections

Les projections sur les noyaux des nerfs crâniens sont :

  • bilatérales, en général,

Pour le nerf trijumeau (V), il semble que seul, le muscle ptérygoïdien latéral soit innervé controlatéralement chez l'homme.


Tous les auteurs ne sont pas d'accord sur le fait que telle ou telle projection est bilatérale ou pas.


Dans le mésencéphale et le pont, d'après Kahle, un petit nombre de fibres grêles (en bleu sur la figure) quittent le faisceau cortico-nucléaire pour former les faisceaux aberrants du mésencéphale et du pont qui font partie du lemnisque médian. Elles se terminent dans :

Là encore, l'existence de ces fibres est discutée selon les auteurs, ce qui pourrait expliquer le fait que certaines projections sont dites bilatérales ou unilatérales.

Somatotopie de la voie pyramidale du tronc cérébral
Somatotopie de la voie pyramidale du tronc cérébral
(© vetopsy.fr)

EncéphaleTronc cérébralBulbe (moelle allongée)PontMésencéphale
Noyaux des nerfs crâniensNoyaux spécifiques du troncFormation réticulée
Grandes voies du troncVoies pyramidale

Bibliographie
  • Paxinos G., Mai J.K. - The human nervous system - Elsevier, Londres, 1366 p., 2004
  • Augustine J.R. - Human neuroanatomy - Academic Press, 494 p., 2008
  • Nieuwenhuys R., Voogd J., van Huijzen C. - The human central nervous system -Springer-Verlag, Berlin, 438 p., 1988
  • Haines D.E. - Fundamental neuroscience - Churchill Livingstone, Philadelphie, 498 p., 1997
  • Barone R., Bortolami R. - Anatomie comparée des mammifères domestiques, Tome 6, Système nerveux central - Vigot, Paris, 652 p., 2004
  • Miller M. E. - Anatomy of the dog - W. B. Saunders Company, Philadelphie, 941 p., 1964
  • Pritchard T.-C., Alloway K.-D. - Neurosciences médicales - De Boeck Université, Bruxelles, 526 p., 2002
  • Bossy J. - Anatomie clinique - Springer-Verlag, Paris, 475 p., 1990
  • Nadeau E. - Neurosciences médicales - Elsevier, Issy-les-Moulineaux, 569 p., 2006
  • Felten D.-L., Jozefowicz R.-F. - Atlas de neurosciences de Netter - Masson, Paris, 306 p., 2006
  • Kahle W. - Anatomie, Tome 3 Système nerveux et organes des sens - Flammarion Médecine-Sciences, 423 p., 2007
  • Marieb E. N. - Anatomie et physiologie humaines - De Boeck Université, Saint-Laurent, 1054 p., 1993
  • Rosenzweig M.R., Leiman A.L., Breedlove S.M. - Psychobiologie  - DeBoeck Université, Bruxelles, 849 p., 1998
  • Purves D., Augustine G.J., Fitzpatrick D., Katz L.C., Lamantia A-S, McNamara J.O., Williams S.M. - Neurosciences - De Boeck, 800 p., 2003
  • Kolb B., Whishaw I. - Cerveau et comportement - De Boeck Université, Bruxelles, 1013 p., 2008
  • Bear M.F., Connors B.W., Paradiso M.A. - Neurosciences : à la découverte du cerveau - Editions Pradel, 881 p, 2007
  • Gazzaniga, Ivry, Mangun - Neurosciences cognitives - De Boeck, 585 p., 2001
  • Duus P. - Diagnostic neurologique : les bases anatomiques - De Boeck Université, Bruxelles, 486 p.,1998