Audition chez le chien

Citation

« Le commencement de bien vivre, c'est de bien écouter. »

Plutarque

Documentation web

Sommaire


Le chien possède une ouïe extrêmement fine.

Comparativement aux canidés sauvages, les chiens domestiques présentent un répertoire vocal étendu ( infos).

Il s'agit de l'expression d'un phénomène de néoténie (persistance chez l'adulte de comportements de jeune qui peuvent changer de signification) : les louveteaux, par exemple, vocalisent plus que les adultes.

Chez nos chiens domestiques, la morphologie de l'oreille est très variable les races ( infos) :

  • courte ou longue, droite et dressée chez certaines races de chiens (comme le berger allemand…),
  • cassée et semi-tombante (comme le fox-terrier…),
  • large et tombante (comme le cocker spaniel…).

Les pavillons auriculaires des chiens à oreilles dressées sont comme chez le chat (infos) :

  • en forme de cônes pour concentrer les ondes sonores,
  • mobiles, car pourvues de nombreux muscles ( infos), ce qui permet une bonne localisation des sons ( infos).
Oreilles de chiens

Le chien a un champ auditif très étendu : l'audiogramme du chien (gamme des fréquences audibles) s'étend de 20 Hz à 60 000 Hz environ, en gros, comme les chats (infos).

Le pouvoir de discriminer entre deux fréquences proches - qui est de 1/3 à 1/2 Hz chez l'homme - a été peu étudié chez le chien.

Par conditionnement classique, Ivan Petrovitch Pavlov (1849-1936), utilisant un son d'une fréquence de 1 000 Hz, a montré que le chien distingue deux notes qui diffèrent d'un huitième à un dixième de ton, c'est-à-dire environ 10 Hz. Nous pouvons le vérifier empiriquement.

  • On utilise souvent des sifflets en corne, fabriqués de manière artisanale, pour les chiens de travail. Les sons possèdent des fréquences légèrement différentes.
  • Chaque chien a appris à revenir au coup de sifflet de son propriétaire et de lui seul : les autres chiens présents ne réagissent pas.
Anatomie de l'oreille


Le chien entend des sons de fréquences élevées. L'homme n'est plus sensible à des fréquences supérieures à 16 000 Hz et ces sons sont considérés comme des ultrasons.

Sifflet à ultrasonsLa conséquence très pratique de cette différence auditive est l'utilisation du " sifflet à ultrasons ".

  • Le chien doit apprendre la signification du signal sonore qu'il émet, comme c'est le cas pour un sifflet normal.
  • Son principal avantage est la discrétion : il ne dérange personne et lorsque le chien n'obéit pas, il évite le ridicule au propriétaire.

Par contre, on trouve dans le commerce un certain nombre d'appareils à ultrasons supposés empêcher l'animal d'effectuer certains comportements (aboyer, poursuivre des joggeurs, approcher de l'étal d'un commerçant...). Ils ne sont d'aucune utilité car soit l'intensité des sons produits est faible (ne dépassant pas 30 décibels) ou soit les sons (110 à 120 décibels) sont nettement aversifs ( infos).

Le chien exprime également ses émotions par les mouvements et la position de ses oreilles ( infos).

AuditionOreille externeOreille moyenneOreille interne
Voies auditives Cortex auditif Audition du chienAudition du chat
EquilibreCommunication sonore

Bibliographie
  • Giffroy J..M. (Prof. Université de Namur, Belgique) - L'éthogramme du chien - 3ème cycle professionnel des écoles nationales vétérinaires, Toulouse, 2000
  • Leroy Y. - L'univers sonore animal - Bordas, 350 p., 1979
  • Pageat P. - Pathologie du comportement du chien - Editions du Point Vétérinaire, Maisons-Alfort, 384 p., 1998
  • Wright M., Walters S. - Le livre du chat - Septimus éditions, 256 p., 1980