Reproduction : développement folliculaire terminal
Cycle ovarien : phase lutéale (corps jaune cyclique)

Citation

« La vie sexuelle, comme toute structure vivante, connaît un processus évolutif de croissance, de maturation, puis de décrépitude. »

Henri Barte

Documentation web

Sommaire
  1. Reproduction
    1. Vue d'ensemble
      1. Reproduction et sexualité
      2. Comportement sexuel
      3. Physiologie de la reproduction
    2. Reproduction chez le chien
    3. Reproduction chez le chat
  2. Anatomie du système génital
  3. Physiologie de la reproduction
    1. Mise en place pendant la période embryonnaire
    2. Puberté
    3. Gamétogenèse
      1. Cellules germinales et cellules somatiques
      2. Méiose
      3. Spermatogenèse
      4. Ovogenèse
        1. Phase de multiplication des ovogonies
        2. Phase d'accroissement ou de croissance
        3. Phase de maturation
    4. Fonction ovarienne
      1. Vue d'ensemble de l'activité cyclique
        1. Cycle ovarien
          1. Ovulation
          2. Cycle ovarien et folliculogenèse
        2. Cycle oestral
        3. Cycle menstruel
      2. Évolution de la fonction ovarienne au cours de la vie
        1. In utero
        2. Entre la naissance et la puberté
        3. À la puberté
        4. À la ménopause
      3. Développement folliculaire
        1. Vue d'ensemble du développement folliculaire
        2. Sortie de la réserve ovarienne
          1. Follicules concernés
          2. Mécanisme de la sortie ovarienne
        3. Croissance basale des follicules
          1. Follicules secondaires
            1. Follicule " plein "
            2. Follicule pré-antral
          2. Follicules tertaires
          3. Mécanisme de la croissance basale
        4. Cycle ovarien ou développement folliculaire terminal
          1. Phase folliculaire
            1. Recrutement des follicules
              1. Follicules recrutables
              2. Mécanisme de recrutement
            2. Sélection des follicules
              1. Follicules ovulatoires
              2. Mécanisme de sélection
            3. Dominance du (ou des follicules)
              1. Survie des follicules et récepteurs à la LH
              2. Atrésie des autres follicules
          2. Phase ovulatoire : ovulation
            1. Phase ovulatoire et hormones : pic de LH
            2. Conséquences du pic de LH
              1. Rupture folliculaire
              2. Maturation de l'ovule dominant
              3. Captation de l'ovule par les trompes utérines
              4. Modifications vasculaires
              5. Modifications hormonales
          3. Phase lutéale
            1. Formation du corps jaune
            2. Évolution du corps jaune
              1. Corps jaune cyclique
              2. Corps jaune de pseudogestation des carnivores
              3. Corps jaune de gestation
                1. Espèces placenta dépendant
                2. Espèces corps jaune dépendant
                3. Rôle de l'embryon dans la gestation
        5. Cycle des voies génitales
          1. Cycle menstruel
            1. Phase menstruelle ou menstruation
            2. Phase proliférative
              1. Reconstitution de l'endomètre
              2. Glaire cervicale
            3. Phase sécrétoire
          2. Cycle vaginal et vulvaire
    5. Coït ou copulation
      1. Coït chez le chien
      2. Coït chez le chat
      3. Érection
      4. Éjaculation
    6. Fécondation
  4. Gestation
    1. Vue d'ensemble
    2. Préimplantation
    3. Nidation
    4. Embryogenèse
      1. Annexes foetales
      2. Placenta
      3. Développement embryonnaire
    5. Gestation chez le chien
    6. Gestation chez le chat
    7. Alimentation de la mère pendant la gestation
  5. Parturition (mise bas)
    1. Vue d'ensemble
    2. Physiologie de la parturition
    3. Parturition chez la chienne
    4. Parturition chez la chatte
  6. Lactation 

Bibliographie

Lors de la phase lutéale, deux cas de figures se présentent selon la destinée de l'ovocyte :

Corps jaune cyclique

Si la fécondation n'a pas lieu, le corps jaune dégénère pour former le corpus albicans qui ne sécrète aucune hormone. La durée varie évidemment selon l'espèce.

Corpus albicans
Corpus albicans
(Photo : © webapps.fundp.ac.be - licence -)

La durée de vie du corps jaune est cyclique et est généralement comprise entre 12 et 21 jours selon les espèces, mais est constant dans une même espèce.


La lutéolyse ne peut s'expliquer par la chute de la concentration de la LH. Le phénomène primordial est la diminution progressive du nombre des cellules lutéales qui se manifeste par une chute de la concentration en progestérone.

Les cellules immunitaires augmentent considérablement leur nombre.

1. Chez les animaux, la lutéolyse s'effectue par une sécrétion de prostaglandine PGF2α d'origine utérine. En effet, l'ablation de l'utérus (hystérectomie) prolonge la survie du corps jaune (sauf chez les primates).

  • Elle est sécrétée par pulse, toutes les 6 heures environ dans la veine utérine, puis dans l'artère ovarienne par un contre-courant local et agit sur l'ovaire.
  • Le blocage de la synthèse de prostaglandine (par l'indométhacine) inhibe la lutéolyse.
  • L'injection de prostaglandine par voie générale est lutéolytique, sauf chez les primates.
Prostaglandine PGF2α
Prostaglandine PGF2α

La prostaglandine PGF2α agirait en réduisant l'irrigation du corps jaune et en agissant directement sur les cellules lutéales, en particulier, en inhibant l'AMPc qui diminuerait la production de progestérone.

Cette sécrétion est contrôlée par :


Lors de la lutéolyse, il existe un double rétrocontrôle positif entre l'utérus et l'ovaire.


  • La progestérone elle-même diminue la synthèse de ses propres récepteurs endométriaux (phase sécrétoire) ainsi que ceux à l’ocytocine. Comme la concentration de progestérone diminue au cours de la phase lutéale, l'endomètre est moins sensible à la progestérone et synthétise plus de récepteurs à l'ocytocine.
  • Ocytocine
    Ocytocine
    Le rapport progestérone/oestrogènes diminue et les oestrogènes stimulent la synthèse des prostaglandines et celle des récepteurs à l’ocytocine de la matrice qui augmentent à leur tour la libération des prostaglandines F2α par l’endomètre, comme lors de la parturition (physiologie de la parturition) qui s'accompagne d'une lutéolyse, de contractions utérines et de la maturation du col.

2. Chez les primates, le processus de lutéolyse semble un peu différent.

  • Les petites cellules lutéales se désensibiliseraient progressivement à la LH. Comme la LH diminue et la hCG n'est pas suffisante, les cellules perdent leurs récepteurs à la progestérone.
  • L'oestradiol provoquerait alors la lutéolyse en synthétisant des récepteurs à l'ocytocine dans le corps jaune qui stimulerait la sécrétion de la prostaglandine PGF2α. Celle-ci, à son tour, provoque l'apparition de substances cytotoxiques, comme les radicaux libres

Chez les primates, ce sont les facteurs paracrines (échangés entre cellules voisines) et autocrines (générés par les cellules elles-mêmes) qui seraient responsables de la lutéolyse.


Taux de FSH et LH lors du cycle ovarien chez la femme
Taux de FSH, de LH lors du cycle ovarien chez la femme (© vetopsy.fr)
À la fin de la phase lutéale et au début du nouveau cycle, l'élévation transitoire du taux de FSH (fenêtre de FSH ou fenêtre de recrutement), suite à la baisse des taux de progestérone, d'oestrogènes et d'inhibine A, permet le recrutement folliculaire et le développement de follicules ovariens, en quantité différente selon les espèces (5 à 6 chez la femme parmi lequel se trouve le follicule dominant.

Corps jaune de
pseudogestation
des carnivores

Chez le chien, mais également chez le chat, le corps jaune peut persister même sans fécondation.

  • Chez la chienne, qu'il y est gestation ou pseudogestation, ne change rien : le corps jaune dégénère en 2 mois environ.. L'embryon (et donc, le placenta) n'a aucun rôle hormonal dans la gestation.
  • Chez la chatte, la pseudogestation dure moins longtemps, environ 35 à 40 jours. C'est une espèce à " ovulation provoquée " : le coït provoque l'ovulation.

Corps jaune de gestation

ReproductionAnatomie du système génitalReproduction du chienReproduction du chat
Physiologie de la reproductionMise en place (période embryonnaire)Puberté
GamétogenèseMéioseSpermatogenèseOvogenèse
Cycle ovarien et folliculogenèseCycle oestral et menstruelCycles selon l'âge
Sortie réserve ovarienneCroissance basalePhase folliculairePhase ovulatoire
Phase lutéaleCycle voies génitalesCoït ou copulationFécondationGestation
Développement des annexesDéveloppement de l'embryon
Parturition Lactation

Bibliographie
  • Johnson M. H., Everritt B. J. - Reproduction - De Boeck Université, Saint-Laurent, 298 p., 2002
  • Thibault Ch., Levasseur M.C. - La reproduction chez les mammifères et l'Homme - Ellipse Editions Marketing S.A., Paris, 928 p., 2001
  • Vaissaire J.-P. - Sexualité et reproduction des mammifères domestiques et de laboratoire - Maloine S.A. Editeur, Paris, 457 p., 1977 -
  • Fontbonne A., Levy X., Fontaine E., Gilson C. - Guide pratique de la reproduction canine et féline - MED'COM, Paris, 272 p., 2007
  • Atlas d'histologie humaine et animale
  • School of Anatomy and Human Biologie
  • Gougeon A. - Anatomie, embryologie et physiologie de l'ovaire - EMC, Endocrinologie-Nutrition, 10-026-A-10
  • Dubest C. - Gonadotrophines hypophysaires - physiologie et exploration fonctionnelle - EMC, Endocrinologie-nutrition, 10-017-0-10
  • Concannon P.W., Hansel W., Visek W.J. - The ovarian cycle of the bitch : plasma estrogen, LH and progesterone - Biol Reprod 13, p.: 112-121, 1975
  • Baird D. - Rôle des gonadotrophines du follicule pré-antral au préovulatoire - Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction, Vol 35, N° 5-C2, p : 24-29, 2006
  • Zeleznik A.J., Hillier S.G. - The role of gonadotropins in the selection of the preovulatory follicle. - Clin Obstet Gynecol,27, p : 927-940, 1984
  • Fanchin R. - Rôle revisité de la LH sur le développement folliculaire - Gynécologie Obstétrique & Fertilité, Volume 30, numéro 10, p: 753-764, 2002
  • Hugues J. N., Cedrin-Durnerin I. - Le rôle de l'hormone lutéinisante dans la physiologie du follicule et du corps jaune - Gynécologie Obstétrique & Fertilité, Volume 28, numéro 10, p: 738-744, 2000