Neurohormones hypothalamiques
GnRH : régulation de la sécrétion par des facteurs externes, récepteurs

Citation

« On ne marche pas deux fois sur les testicules d'un aveugle. »

Proverbe burkinabé

Documentation web

Sommaire


La GnRH (Gonadotropin Releasing Hormone ou gonadolibérine) est une hormone hypothalamique peptidique stimulant la synthèse et la sécrétion de la LH et de la FSH et par l’adénohypophyse.

  • Structure de la GnRH
    Structure de la GnRH
    La GnRH est synthétisé par les neurones hypothalamiques, d'où le nom de neurohormone.
  • Elle est encore appelée LH-RH (Luteinizing Hormone Releasing Hormone).

La sécrétion de la GnRH est modulée par de nombreux stimuli externes et internes.

Régulations de la sécrétion
de GnRH par des stimuli externes

Les stimuli externes contrôlant les pulses de GnRH sont nombreux.

1. La photopériode, c'est-à-dire la longueur des jours, est le plus important, d'où la présence de périodes de reproduction chez les animaux (anoestrus saisonnier).

La photopériode est essentiellement exprimée sous forme de la durée de sécrétion de la mélatonine.

2. Les phéromones sexuelles (odeur du mâle ou de la femelle) augmente la fréquence des pulses de GnRH et module l'activité sexuelle (déclenchement et synchronisation de l’oestrus, démarrage de la puberté, appétit sexuel…).

Cela a bien été démontré chez la brebis où la perception de l'odeur des glandes pilo-sébacées d'un bélier provoque un pic de LH chez la femelle.

3. Chez la chatte, la stimulation des récepteurs tactiles vaginaux (cervix et partie antérieure du vagin) par le pénis corné, hérissé de spicules du matou provoque la sécrétion de GnRH, suivi de celle de LH.

Mode d'action : récepteur à la GnRH

Structure du récepteur à la GnRH
Structure du récepteur à la GnRH

Les récepteurs de la GnRH - GnRHR - sont des récepteurs à 7 domaines transmembranaires (comme ceux des gonadotrophines) couplés à la protéine G ( infos).

L'hormone se lie à la protéine G qui active l'adénylcyclase. Elle catalyse la transformation d'ATP en AMPc (adénosine monophosphate cyclique ou AMP cyclique) qui se fixe sur une PKA (protéine kinase A) pour la rendre active. Cette PKA phosphoryle des protéines qui activent l'expression génique.


Les récepteurs à la GnRH se trouvent dans les membranes des cellules gonadotropes de l'hypophyse
.

Chez l'homme, il existe deux récepteurs :

  • Le récepteur 1 est exprimé dans les cellules gonadotropes et régule essentiellement la synthèse et la sécrétion de LH et de FSH.
  • Le récepteur 2 (dont on ne connait pas le fonctionnement) est exprimé dans l’utérus et les ovaires.

EndocrinologieAxe hypothalamo-hypophysaireHormones hypothalamiques
GnRHHormones antéhypophysaires Hormones posthypophysaires
Hormones à visée reproductiveHormones gonadiquesStéroïdes sexuels
Hormones placentaires et utérinesGonadotropines chiorioniquesRelaxine

Bibliographie
  • Johnson M. H., Everritt B. J. - Reproduction - De Boeck Université, Saint-Laurent, 298 p., 2002
  • Thibault Ch., Levasseur M.C. - La reproduction chez les mammifères et l'Homme - Ellipse Editions Marketing S.A., Paris, 928 p., 2001
  • Vaissaire J.-P. - Sexualité et reproduction des mammifères domestiques et de laboratoire - Maloine S.A. Editeur, Paris, 457 p., 1977 -
  • Wildt L., Hausler A., Marshall G., Hutchison J.S., Plant T.M., Belchetz P.E., et al. - Frequency and amplitude of gonadotropin-releasing hormone stimulation and gonadotropin secretion in the Rhesus monkey - Endocrinology, 109, p.: 376-385, 1981
  • Knobil E. - Patterns of hypophysiotropic signals and gonadotropin secretion in the Rhesus monkey - Biol. Reprod., 24, p.: 44-49, 1981
    [22] Wildt L., Hausler A., Marshall G., Hutchison J.S., Plant T.M., Belchetz P.E., et al. Frequency and amplitude of gonadotropin-releasing hormone stimulation and gonadotropin secretion in the Rhesus monkey Endocrinology 1981 ; 109 : 376-385
  • Baird D. - Rôle des gonadotrophines du follicule préantral au préovulatoire - Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction, Vol 35, N° 5-C2, p.: 24-29, 2006
  • Coussieu C. - Hormone lutéinisante (LH) - EMC, Biologie clinique, 90-10-0550
  • Taiturier C. - Mécanismes neuroendocriniens de la maturation pubertaire - Gynécologie Obstétrique & Fertilité, Volume 30, numéro 10, p.: 809-813, 2002
  • Battaglia D. F. & all - Endocrine Alterations That Underlie Endotoxin-Induced Disruption of the Follicular Phase in Ewes - Biology of Reproduction, vol. 62, n° 1, p.: 45-53, 2000