Gonadotrophines (gonadotrophines) : LH (hormone lutéinisante)
Fonctions chez la femelle

Citation

«   Nous prenons acte de la naissance d'une irréductible volonté féminine de partager l'univers et les enfants avec les hommes. »

Elisabeth Badinter

Documentation web

Sommaire

La LH - Luteinizing Hormone, hormone lutéinisante - est une hormone glycoprotéique sécrétée par l'adénohypophyse - antéhypophyse ou hypophyse antérieure - , par ses cellules gonadotropes, et composée de deux chaînes α et β et de chaines de polysaccharides (structure moléculaire).

La sous-unité β déclenche l'action biologique spécifique lors de l'association du glycoforme (α + β et leurs glucides) avec son récepteur : on connaît 41 glycoformes différents. Le gène de la sous-unité β de la LH est localisé sur le chromosome 19 et est exprimé dans les cellules gonadotropes de l'adénohypophyse et du placenta.


La LH est une hormone (gonadotrophine) qui, outre son rôle dans la gamétogenèse, favorise la production des stéroïdes sexuels - androgènes, oestrogènes et progestérone -.

Taux de FSH et LH, d'oestrogènes et de progestérone lors du cycle ovarien chez la femme
Taux de FSH et LH, d'oestrogènes et de progestérone lors du cycle ovarien chez la femme
(© vetopsy.fr)

Chez les Primates et les Équidés, les gonadotrophines chorioniques (CG), d'origine placentaire, sont responsables de la persistance du corps jaune dans le début de la gestation et remplace la LH : l'hCG (humaine) et l'eCG (équine).


Chez la femelle, la LH contribue à la fin de la maturation folliculaire et joue un rôle majeur dans le déclenchement de l'ovulation.


Rôle dans la sécrétion
des androgènes

La LH stimule la sécrétion des androgènes par les cellules de la thèque interne.

1. Au début de la phase folliculaire, la FSH multiplie les cellules de la granulosa des follicules et les recouvrent de récepteurs à LH.

2. Pendant la phase folliculaire, la LH active la production des androgènes, qui seront aromatisés par les cellules de la granulosa en oestrogènes, sous le contrôle de la FSH.

Sécrétions hormonales pendant la phase folliculaire
(© vetopsy.fr)

3. À la fin de la phase folliculaire, quand la FSH diminue par l'augmentation de la production d'oestrogènes et d'inhibine B, le follicule qui contient le plus de récepteurs à LH devient follicule dominant et se développe alors que les autres s'atrésient.


On assiste alors à une action directe de la LH sur la prolifération des cellules de la granulosa et sur l'aromatase, ce qui a pour conséquence de pallier la baisse de la FSH.


Rôle dans l'ovulation


La LH est l'hormone de l'ovulation.


À la fin de la phase folliculaire, l'augmentation massive de la production des oestrogènes provoque un rétrocontrôle positif sur la GnRH hypothalamique, ce qui entraîne le pic de LH (décharge ovulante).

Les neurones à kisspeptides, découverts récemment dans le noyau périventriculaire et le noyau arqué, possèdent des récepteurs aux oestrogènes (ERα) et projettent sur les neurones à GNRH du noyau arqué : leur rôle dans les rétrocontrôles aussi bien négatifs, que positifs lors de l'ovulation (avec également un pic de FSH) sont évidents.

Le pic de LH provoque plusieurs phénomènes :

Rôle dans la phase lutéale

1. La LH favorise la formation et le maintien du corps jaune.


La LH favorise la transformation des cellules de la granulosa en cellules lutéales qui sécrétent de la progestérone.


2. Le taux de LH diminue lors de la régression du corps jaune (corps jaune cyclique) par l'augmentation du taux de progestérone qui diminue alors la fréquence des pulses de GnRH, et donc la production de LH.

3. Ce ralentissement des pulses de GnRH favorise la sécrétion de FSH qui produira un nouveau recrutement folliculaire et le cycle recommence !


Et le cycle recommence !


Annexes foetales du chien
Annexes foetales du chien
(Photo : © vetopsy.fr)

Chez la femme, à la ménopause, le nombre de follicules de la réserve ovarienne s'épuise, ce qui provoque une diminution des taux d'oestrogènes et d'inhibine B, donc une augmentation des taux de LH (comme de FSH).

Rôle dans la gestation

1.Chez la femme, l'hCG suplée la réduction de la sécrétion de la LH de la phase lutéale, 7 jours après la fécondation.

La sécrétion de hCG, assurée par une GnRH trophoblastique, qui se lie aux récepteurs LHCG des grandes cellules lutéales (anciennes cellules de la granulosa), stimule la production de progestérone par le corps jaune et inhibe sa dégénérescence, ce qui permet le début de la gestation.

  • Elle inhibe la sécrétion de la LH et de la FSH.
  • Elle favorise la sécrétion des stéroïdes placentaires (progestérone, oestrogènes) et foetaux.

Ensuite, l'unité foeto-placentaire prendra le relais : la concentration d'hCG chute à partir de la 8ème semaine en même temps que la 17α-hydroxyprogestérone d'origine ovarienne.

2. Chez la chatte, qui est également une espèce placenta dépendant, le placenta sécrète de la progestérone à partir du 35ème jour, mais prend le relais seulement à partir du 50ème jour.

3. Chez la chienne, espèce corps jaune dépendant, la progestérone est uniquement sécrétée par le corps jaune, jamais par le placenta, qui persiste tout au long de la gestation, sous l'action conjuguée de :

Régulations et mode d'action de la LH

EndocrinologieAxe hypothalamo-hypophysaireHormones hypothalamiques
Hormones antéhypophysaires GonadotropinesFSHLH
Hormones posthypophysaires Hormones à visée reproductiveHormones gonadiques
Stéroïdes sexuelsAndrogènesOestrogènesProgestèrone
Hormones placentaires et utérinesGonadotropines chiorioniques
ActivinesInhibinesAMH (hormone anti-mullerienne)Relaxine

Bibliographie
  • Johnson M. H., Everritt B. J. - Reproduction - De Boeck Université, Saint-Laurent, 298 p., 2002
  • Thibault Ch., Levasseur M.C. - La reproduction chez les mammifères et l'Homme - Ellipse Editions Marketing S.A., Paris, 928 p., 2001
  • Vaissaire J.-P. - Sexualité et reproduction des mammifères domestiques et de laboratoire - Maloine S.A. Editeur, Paris, 457 p., 1977 -
  • Wildt L., Hausler A., Marshall G., Hutchison J.S., Plant T.M., Belchetz P.E., et al. - Frequency and amplitude of gonadotropin-releasing hormone stimulation and gonadotropin secretion in the Rhesus monkey - Endocrinology, 109, p.: 376-385, 1981
  • Knobil E. - Patterns of hypophysiotropic signals and gonadotropin secretion in the Rhesus monkey - Biol. Reprod., 24, p.: 44-49, 1981
    [22] Wildt L., Hausler A., Marshall G., Hutchison J.S., Plant T.M., Belchetz P.E., et al. Frequency and amplitude of gonadotropin-releasing hormone stimulation and gonadotropin secretion in the Rhesus monkey Endocrinology 1981 ; 109 : 376-385
  • Baird D. - Rôle des gonadotrophines du follicule préantral au préovulatoire - Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction, Vol 35, N° 5-C2, p.: 24-29, 2006
  • Coussieu C. - Hormone lutéinisante (LH) - EMC, Biologie clinique, 90-10-0550
  • Taiturier C. - Mécanismes neuroendocriniens de la maturation pubertaire - Gynécologie Obstétrique & Fertilité, Volume 30, numéro 10, p.: 809-813, 2002
  • Battaglia D. F. & all - Endocrine Alterations That Underlie Endotoxin-Induced Disruption of the Follicular Phase in Ewes - Biology of Reproduction, vol. 62, n° 1, p.: 45-53, 2000
  • Baird D. - Rôle des gonadotrophines du follicule préantral au préovulatoire - Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction, Vol 35, N° 5-C2, p : 24-29, 2006
  • Coussieu C. - Hormone folliculostimulante (FSH) - EMC, Biologie clinique, 90-10-0540
  • Deffieux X., Antoine J.-M. - Inhibines, activines et hormone anti-müllerienne : structure, signalisation, rôles et valeur prédictive en médecine de la reproduction - Gynécologie Obstétrique & Fertilité, Volume 31, n° 11, p: 900-911, 2003
  • Guibourdenche J. - Hormone anti-mullérienne - EMC, Biologie clinique, 90-10-0532