Distance personnelle ou inter-individuelle :
organisation spatiale et interactions sociales

Citation

« Les gens n'existent qu'en s'assemblant, dans l'espace de leur entre-deux. Les corps sont vides, leur substance tient toute dans leur liaison. »

Martine Le Coz

Sommaire

Les interactions entre individus d'une même espèce sont liées à la notion de distance personnelle ou inter-individuelle.

Cette distance définit une organisation spatiale et des interactions sociales qui revêtent deux formes complètement différentes pour les espèces que nous étudions préférentiellement :


La conséquence ultime de ces deux systèmes est de réduire les agressions !

Hiérarchie

Position de soumission active du loupLe chien, comme le loup, organise les rapports entre membres de la meute autour de règles hiérarchiques claires (relations dominant/dominé entre les membres).

La hiérarchie par dominance a des avantages pour les deux parties : le dominé reçoit protection, aide et nourriture.


Les postures d'apaisement et les postures de soumission chez le chien sont d'une importance capitale dans les relations sociales.

Ces rituels sociaux :

  • réduisent la probabilité de déclenchement des agressions, donc de blessures graves ;
  • diminuent l’anxiété ;
  • sont un facteur de cohésion sociale.

Territorialité

Griffades chez le tigreLes animaux territoriaux, comme le chat, s'attachent à un lieu (territoire) dont ils connaissent toutes les ressources et qui les apaisent émotionnellement.


Chez le chat, les rituels d'apaisement et de soumission n’existent pas.

En présence d’un chat inconnu, il privilégie la fuite (échappement) car les bagarres sont violentes et incontrôlées. Elles se terminent souvent par des abcès (au niveau de la tête pour le vainqueur et de l'arrière-train pour le vaincu).

C'est pourquoi, les marquages territoriaux permettent un partage spatial, mais surtout temporel entre congénères de certaines parties du domaine vital. Ce sont également des compteurs de temps pour l'émetteur lui-même ( infos).

  • Le chat qui flaire une marque ancienne sait qu'aucun chat n'est présent sur le chemin qu'il va emprunter : il n'y a donc pas de danger de rencontre. Il appose sa marque sur la marque ancienne.
  • Si la marque est récente, il saura tout sur le congénère susceptible d'être rencontré (sexe, âge, état hormonal, santé générale) et prendra les précautions adéquates selon qu'il s'agit :

Analogies entre distance inter-individuelle et territorialité ?

Il peut sembler intéressant de faire une analogie entre la distance personnelle ou inter-individuelle et le territoire car, les deux systèmes, l'un adaptable, l'autre plus fixe, sont deux manières de s'adapter à un espace social.

Chez les animaux territoriaux, le territoire est défendu, sous certaines conditions, contre d'autres congénères.

Tigres En employant une métaphore footballistique, lors d'agression, le résident " joue à domicile " et est avantagé sur " son terrain " qu'il connaît parfaitement. S'il y a poursuite, l'agressivité du résidant diminue au fur et à mesure qu'il s'éloigne du centre de son territoire.


En un sens, chaque animal est dominant dans son territoire.


Toutefois, l'animal territorial est souvent associé à la notion d'animal solitaire. Or, rien n'est plus faux : les habitants d'un territoire ont des relations sociales.

  • Un territoire est un espace où vit une société (groupe, famille).
  • Un territoire n'est jamais isolé, mais s'imbrique dans un réseau d'autres territoires qui peuvent se chevaucher.

Nous voyons donc que ces deux structures sociales (hiérarchie et territorialité) privilégient certains individus (alimentation, espace, reproduction) :

  • animaux dominants dans les sociétés hiérarchisées,
  • animaux résidants dans les territoires alors que les autres (animaux non-territoriaux) sont marginalisés.

Sociétés animalesProxémieDistance de fuite ou de sécuritéDistance critique
Distance personnelle ou inter-indviduelleDistance sociale
Organisation spatiale et interactions sociales

Bibliographie
  • Massal N. - Thérapie, technique ou art ? - Mémoire pour l'obtention du diplôme de vétérinaire comportementaliste des écoles nationales vétérinaires françaises, Nantes, 2001
  • Eibl-Eibesfeldt I. - Ethologie - Biologie du comportement -, Naturalia et Biologica Editions scientifiques Paris, 576 p., 1972
  • Université d'Oxford - Dictionnaire du comportement animal - Robert Laffont, Paris, 1013 p., 1990
  • Immelmann K. - Dictionnaire de l'éthologie - Pierre Mardaga Editeur, Liège, 296 p., 1990
  • Goldberg J. - Les sociétés animales : communication, hiérarchie, territoire, sexualité… - delachaux et niestlé, Lausanne, 345 p., 1998
  • Aron S., Passera L. - Les sociétés animales : évolution de la coopération et organisation sociale - DeBoeck Université, Bruxelles, 333 p., 2000
  • Giffroy J..M. (Prof. Université de Namur, Belgique) - L'éthogramme du chien - 3ème cycle professionnel des écoles nationales vétérinaires, Toulouse, 2000
  • Giffroy J.M. (Prof. Université de Namur, Belgique) - L'éthogramme du chat - 3ème cycle professionnel des écoles nationales vétérinaires, Toulouse, 2000
  • Pageat P. - Pathologie du comportement du chien - Editions du Point Vétérinaire, Maisons-Alfort, 384 p., 1998
  • Dehasse J. - Tout sur la psychologie du chat - Odile Jacob, Paris, 604 p., 2005