Système génital
Embryologie : gonades, voies génitales internes

Citation

« L'indifférenciation des sexes n'est pas celle des identités. »

Elisabeth Badinter

Documentation web

Sommaire


Chez les Mammifères, l'système génital (ou reproducteur) est l'ensemble des organes anatomiques contribuant à la reproduction, c'est-à-dire à la production d'une descendance.



Le sexe génétique (le chromosome Y) conditionne le sexe gonadique.

Chez les mammifères, les sexes sont dissemblables et se différencient précocement lors de l'embryogenèse (rôle du gène majeur SRY dans la différenciation sexuelle).

Gonades

Chromosomes sexuels XY
Chromosomes sexuels humains X et Y
(Photo : d'après Nature)

Les gonades sont tout d'abord identiques (stade indifférencié des gonades) puis, grâce à la présence ou non de la protéine TDF, synthétisée, chez les mammifères, grâce à une région du chromosome Y qui détermine le sexe, sex determining region on the Y chromosome ou Sry, se transforment en :

Les testicules en développement produisent plusieurs hormones (facteurs hormonaux), dont la testostérone.


Cette sécrétion de testostérone (conséquences structurelles du pic de testostérone) provoque, à partir de structures identiques, la différenciation des voies génitales internes et des organes génitaux externes.

Ce sont les cellules interstitielles de Leydig qui sécrètent la testostérone.

En l'absence de testostérone, l'organisme se différencie par défaut en femelle.


Cette sécrétion de testostérone détermine non seulement la masculinisation du phénotype anatomique, mais aussi celle du phénotype comportemental qu'on nomme caractères sexuels secondaires.

Voies génitales internes

Développement du système génital interne
Développement du système génital
à partir du stade indifférencié
(Photo : Wikimedia Commons)

Les voies génitales internes, dérivent de deux formations différentes (stade indifférencié des voies génitales internes) :

  • deux systèmes de canaux pairs qui présentent le même aspect au départ : ce sont les canaux de Wolff et de Müller.
  • l'endoblaste du sinus uro-génital.

Canaux de Wolff et canaux de Müller

1. Chez le mâle essentiellement, les canaux de Wolff (canaux mésonéphrotiques) se développent et se différencient (différenciation des voies génitales chez le mâle) pour former :

Chez la femelle, ils subsistent sous forme de l'époophore, le paroophore au niveau du mésovarium et des canaux de Gartner (petits kystes vaginaux).

2. Chez la femelle essentiellement, les canaux de Müller (canaux paramésonéphrotiques) se développent et se différencient (différenciation des voies génitales chez la femelle) pour former :

Chez le mâle, ils subsistent sous la forme de l'utricule prostatique et de l'hydatide pédiculée (appendice épididymaire).

Endoblaste du sinus uro-génital

Chez le mâle, l'endoblaste du sinus uro-génital est à l'origine de :

Chez la femelle, l'endoblaste du sinus uro-génital produit :

Organes génitaux externes

Reproductionsystème génitalEmbryologie du système génital
Système génital mâleSystème génital femelle

Bibliographie
  • Barone R. - Anatomie comparée des mammifères domestiques - Tome 4, Splanchnologie II, Editions Vigot, Paris, 951 p., 1990
  • Marieb E. N. - Anatomie et physiologie humaines - De Boeck Université, Saint-Laurent, 1054 p., 1993
  • Rosenzweig M.R., Leiman A.L., Breedlove S.M. - Psychobiologie  - DeBoeck Université, Bruxelles, 849 p., 1998
  • Thibault Ch., Levasseur M.C. - La reproduction chez les mammifères et l'Homme - Ellipse Editions Marketing S.A., Paris, 928 p., 2001
  • http://www.embryology.ch/genericpages/moduleembryofr.html
  • http://embryology.med.unsw.edu.au/